Festivals été 2017 : suivez le guide !

Publié par le 9 mai 2017 dans Non classé | 0 commentaire

Alors qu’est ce qu’on a de beau cette année au menu des festivals estivaux ? Résumé des immanquables et des plus dispensables… (On n’a évidemment pas cité tous les groupes mais si vous cliquez sur les liens, vous retrouverez les programmations complètes)

Il y a des choses immuables dans la vie et parmi celles-ci, il y a la très grande qualité de l’affiche du This Is Not A Love Song. Comme tous les ans, le TINALS propose une alléchante programmation qui fait la part belle aux références indie (Primal Scream, The Make Up, Echo & The Bunnymen, Grandaddy) et aux décharges de décibels (TurbonegroKing Gizzard & The Lizard Wizard, The Black Angels, Thee Oh Sees, Johnny Mafia). On en passe et des meilleurs parce qu’il faut laisser un peu de place aux autres. Comme tous les ans, on y sera et tu ferais bien d’en faire autant si tu veux pas mourir bête.

This Is Not A Love Song, du 9 au 11 juin, à Nimes (30).

Autre référence indie incontournable, La Route Du Rock avait quelque peu perdu de sa superbe ces dernières années. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont mis le paquet sur cette nouvelle édition ! Jugez plutôt : PJ Harvey, The Jesus & Mary Chain, Interpol, Ty Segall, Arab Strap (date unique en France !), Angel Olsen, The Black Lips, DJ Shadow, Thee Oh Sees, Soulwax… N’en jetez plus, rendez-vous à St-Malo !

La route du rock, du 17 au 20 août, à St-Malo (35).

Et pour ceux qui n’ont pas le temps/la motivation/les moyens de faire un tour chez les bretons, sachez que le week-end suivant, plusieurs de ces artistes seront présents à Rock En Seine (PJ Harvey, The Jesus & Mary Chain, Ty Segall). Mais l’aubaine ne s’arrête pas là, les amateurs de hip hop que nous sommes se frottent déjà les mains à l’idée de revoir Cypress Hill et Rock En Seine fera également l’événement avec le retour de At The Drive-In. Si l’affreux dernier album de The XX ne nous dit rien qui vaille quand à l’intérêt de voir ce groupe, les amateurs d’électro auront l’occasion de se dégourdir les jambes avec Rone et de bons groupes indie (Mac Demarco, Timber Timbre, The Lemon Twigs) viennent enrichir une affiche pas vilaine du tout.

Rock en Seine, du 25 au 27 août, à St-Cloud (92).

Villette Sonique ne fait jamais rien comme personne mais fait toujours tout pour nous donner envie de venir. Cette 11e édition ne déroge pas à la règle avec une programmation toujours audacieuse et ambitieuse (Royal Trux, Colonie De Vacances, The Make-Up, Einsturzende Neubauten, Jenny Hval, Bras Mort) et des concerts gratuits en plein air qui offrent un coup de projecteur à ce chouette label qu’est Teenage Menopause (CXAXB, Couteau Latex, Air LQD, Giant Swan).

Villette Sonique, du 25 au 31 mai, à Paris.

Dans le Sud, le Pointu Festival (oui c’est son nom) nous a pondu une affiche incroyable mais vraie : Ride, Slowdive, Dinosaur Jr., Kurt Vile… Et combien ça coûte cette folie ? C’est gratuit, ma bonne dame.

Le Pointu Festival, 8 et 9 juillet, à Six-Fours-Les-Plages (83)


Autre festival gratuit qui vaut toujours le détour : le Binic Festival. Du beau monde cette année encore avec Tim Presley, King Khan & The Shrines, Meatbodies, Le Villejuif Underground, Boytoy, Escobar et bien d’autres… On a vu moins enthousiasmant !

Binic Festival, du 28 au 30 juillet, à Binic (22)





Du côté du Hellfest, on a sorti l’encyclopédie des plus gros groupes metal et on les a tous invités. Comme ça pas de jaloux. On aura donc du gros bourrin inécoutable depuis 20 ans minimum (Deep Purple, Aerosmith, Rob Zombie, Linkin Park), du gros bourrin qu’on aime toujours écouter/qu’on pense toujours écoutable (Suicidal Tendencies, Helmet ?, Slayer ?), du bon stoner qui arrache (Electric Wizard, Slo Burn, Red Fang). Si on aime le bourrin et montrer son cul, il y a évidemment de quoi s’y retrouver même si c’est loin d’être l’affiche du Hellfest la plus attractive de ces dernières années.

Hellfest, du 16 au 18, à Clisson (44).

A mille lieues des considérations mercantiles du Hellfest, la Ferme Électrique invite des groupes comme tu n’en vois pas tous les jours, à moins d’aimer fréquenter les squats, MJC et bars qui sentent bon la bière et la sueur. Comme d’habitude, le festival fait honneur aux artistes issus de bons petits labels indie français DIY, en premier lieu les inénarrables et inégalables Et Mon Cul C’est Du Tofu (représentés ici par Daikiri), les excellents garageux de Howlin Banana (Gloria) ou encore Born Bad qui, s’il ne nous ravit pas toujours, a clairement le mérite de faire figure d’étendard du rock indé français (avec ici Le Villejuif Underground qu’on aime beaucoup). A ces noms s’ajoutent Fai Baba, plaisant groupe bluesy dont on vous a déjà dit du bien et autres Mendelson dont le nouvel album de reprises Sciences Politiques a été maintes fois salué dernièrement. Quoiqu’il en soit, même si vous ne connaissez qu’un groupe sur 10, se rendre à La Ferme Electrique c’est l’assurance de faire de belles découvertes et de donner de l’argent à de vrais passionnés qui se bougent pour la cause musicale.

La ferme électrique, 7 et 8 juillet, à Tournan-en-Brie (77).

Si le We Love Green a des penchants électro de plus en plus prononcés, il conserve une programmation de qualité (Jon Hopkins, Richie Hawtin, Nicolas Jaar, Moderat) et peut se targuer de proposer l’unique date française (pour le moment ?) de A Tribe Called Quest. Excusez du peu.

We love green, 10 et 11 juin, à Paris.

Le Pont du Rock, si on ne s’attarde pas sur certaines fautes de goût regrettables (La Femme, c’est embarrassant…), offre aussi de solides arguments entre tête d’affiche à la prestation toujours incertaine mais potentiellement bonne (Pete Doherty), marseillais qui mettront le feu quoiqu’il arrive (Chinese Man), ou jeunes garageux qui en ont dans le slibard (Kaviar Special, Johnny Mafia)…

Au pont du rock, le 28 et 29 juillet, à Malestroit (56)

En Normandie, Le Festival Beauregard vaut au moins le déplacement pour Iggy Pop car c’est toujours bon de voir Iggy Pop. Les présences de Grandaddy, House Of Pain, Boys Noize, Echo & The Bunnymen voire Yak ou Editors ne gâchent rien.

Festival Beauregard, du 7 au 9 juillet, à Hérouville St-Clair (14)

Enfin, beaucoup d’autres (en vrac, Vieilles Charrues, Main Square, Download, Lollapalooza…) ont la mauvaise idée de convoquer de rares artistes essentiels (Radiohead au Main Sqare, Dinosaur Jr. au Download, Arcade Fire aux Vieilles Charrues, The Roots ou Pixies au Lollapalooza) aux côtés de belles daubes commerciales (Blink-182, Linkin Park, Green Day Matmatah, DJ Snake…).

Ces festivals étant devenu ou ayant toujours été de vulgaires pompes à fric, sans le moindre effort de cohérence artistique, nous vous recommandons de les fuir. Et avec tous ceux cités plus haut (bien plus qualitatifs et, pour la plupart, infiniment plus respectables, vous avez déjà largement de quoi trouver votre bonheur).

JL

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *