The Feeling Of Love – Reward Your Grace (Born Bad)

Publié par le 21 juin 2013 dans Chroniques | 0 commentaire

feeLa semaine dernière se tenait à la maroquinerie, une soirée Born Bad Records avec en tête d’affiche les excellents Frustration (dont le dernier opus n’en finit plus de tourner sur ma platine), précédés de The Box et The Feeling Of Love. Deux groupes que je ne connaissais pas du tout et qui m’ont fait fort belle impression, confirmant par la même que Born Bad est clairement, avec les franco-italiens d’Africantape (Ventura, Marvin, Electric Electric, Papier Tigre…), le label à suivre en ce moment en rock indé made in France.

Revenons à ces deux groupes. Le premier, The Box, duo post-punk assez expérimental, est encore un peu jeune mais laisse entrevoir un bel avenir. Le second, The Feeling Of Love donc, m’a mis une bonne beigne, pour dire les choses comme elles sont. Et comme je suis du genre à consommer la musique qui me plaît j’ai acheté leur dernier album, celui-là même dont je m’apprête à vous parler, qui est déjà leur 4ème soit dit en passant.

Trio qui nous vient de Lorraine, The Feeling Of Love distille une pop psyché, péchue en diable, et hautement addictive. Ainsi, après l’intro contemplative un brin shoegaze « Julee Cruise », en référence à l’interprète de plusieurs morceaux de Twin Peaks, et qui aurait très bien pu figurer sur sa BO, les lorrains mettent les gaz et empilent les tubes.

Alors attention, vous me connaissez, j’ai parfois tendance à dénigrer le côté « tubesque » de certains titres qui semblent formatés pour passer à la radio. Loin de moi cette idée ici, j’insiste uniquement sur le fait que le trio maîtrise parfaitement l’art délicat d’écrire de vraies bonnes chansons.

Loin d’être convenus, les titres proposés ici sont avant tout très cohérents tout en étant capables de nous surprendre (la lente redescente finale de « Castration Fields » ou au contraire les sévères coups de boost de l’excellent « Mostly Pet Semen Unit » qui finit noyé sous les décibels).

L’omniprésence du synthé confère aux mélodies un côté rétro loin d’être désagréable. Quant au chanteur, le dénommé Guillaume Marietta (qui tient aussi la guitare), s’il n’a sans doute pas la plus grande voix de ce siècle, son air nonchalant sied parfaitement aux compos du groupe.

L’album est très homogène, certains le trouveront peut-être un peu trop répétitif en premier lieu, mais une fois assimilé il s’écoute d’une traite sans sourciller et sans éprouver la moindre lassitude. C’est plutôt le sourire en coin et la tête qui dodeline qu’on s’enfile cet opus.

Dans le haut de ce beau panier de 10 titres, citons les très accrocheurs « I Could Be Better Than You But I Don’t Wanna Change », « I’m Leaving You Today » ou « You’re Lullaby ».

Malgré son titre (« I Want To Be The Last Song You Hear Before You Die »), le morceau final n’est peut-être le dernier morceau qu’on voudra entendre de notre vie (à priori y en a quelques-uns qui le devancent sur la liste) mais il a le mérite en nous secouant dans tous les sens d’apporter un point d’honneur à cet album qui, décidément ne manque pas d’atouts.

Avec de telles productions, The Feeling Of Love risque bien de sortir du relatif anonymat dans lequel il est injustement maintenu jusqu’à présent. C’est tout ce que je lui souhaite et ce serait entièrement mérité.

 

JL

 

Écoutez « I Could Be Better Than You But I Don’t Wanna Change »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :