FACS – Void Moments

Publié par le 29 mars 2020 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Trouble In Mind/Differ-Ant, 27 mars 2020)

Disappears était probablement l’un des groupes les plus passionnants des années 2010 et son arrêt soudain, après un Irreal au nom bigrement bien choisi, avait constitué un sévère coup derrière la nuque pour nous, pauvres auditeurs en quête de musique sombre et torturée. Fort heureusement, Brian Case (guitare-chant) et Noah Leger (batterie) ne nous ont pas laissés orphelins bien longtemps, en donnant naissance à FACS en 2018, soit trois après Irreal.

Et depuis lors, le duo (renforcé entre temps par la bassiste Alianna Kalaba) ne traine pas en route et nous livre avec une régularité métronomique entre 6 et 8 nouveaux morceaux chaque année. Negative Houses avait lancé les hostilités en 2018, Lifelike entériné le renouveau (dans la continuité) en 2019. À charge de Void Moments d’enfoncer le clou cette année.

Mission dont il s’acquitte sans mal, à sa manière, pilonnant sans relâche, offrant si peu de répit, concédant un minimum d’éclaircie. Le travail sur le son est en tout point admirable : la distribution entre l’oreille gauche et droite est assez fascinante (écoute au casque chaudement recommandée), chaque instrument est parfaitement à sa place (la batterie de Leger occupe un rôle central, le chant ne fait qu’un avec l’instrumentation, Case ne cherchant jamais à tirer la couverture à lui), le mix se révèle donc remarquablement équilibré.

Finalement, Void Moments, qui porte là encore bien son nom, a les qualités de ses défauts. Le disque captive, à condition de lui accorder une grande attention pour ne pas rester à quai. L’ambition de jouer sur les répétitions, de consacrer une large part à l’expérimentation, d’offrir assez peu d’accroches mélodiques, peut user à la longue. Sur ce point, Disappears se montrait plus généreux avec un certain nombre de « tubes » à son actif, notamment sur le démentiel Pre Language où Steve Shelley était venu s’asseoir derrière les fûts. FACS ne s’embarrasse pas de tels compromis. Là où on avait tôt fait de classer ses prédécesseurs comme un groupe post-punk teinté de psychédélisme (ce qui demeurait indéniablement réducteur), FACS évite soigneusement de se ranger derrière une étiquette, brouillant les pistes, explorant tous azimuts, forts d’une grande expérience et d’un savoir-faire indiscutable pour bâtir des environnements sonores complexes, quitte à en perdre quelques-uns en route. D’autant que la tracklist est ainsi faite qu’elle propose les morceaux les plus attractifs au début (« Boy » et son entame énergique, son gimmick de guitare aguicheur, « Teenage Hive », single suffocant mais addictif) avant de s’aventurer dans de longues pistes froides et austères (« Version » et « Void Walker », plus de 6 minutes chacun). Et de conclure sur « Lifelike » et sa boucle de guitare tourmentée, appuyée par une batterie en roue libre, avant une « Dub Over » léthargique, dont le but unique serait de nous emporter. Ailleurs. Là où le temps n’a pas de prise, l’espace guère de limites.

Maintenant, c’est à vous de savoir. Si vous cherchez l’immédiateté et les plaisirs simples, vous n’avez pas frappé à la bonne porte (et on se demande bien ce que vous faites là). Pour ce qui est d’exigence et excellence, FACS demeure une valeur sûre et ce n’est pas Void Moments qui viendra changer la donne. Bien au contraire. Les vrais savent et ils ont pris rendez-vous pour l’an prochain.

Jonathan Lopez

Tous nos articles sur FACS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :