Évènements à venir

Pile – A Hairshirt Of Purpose

Publié par le 3 avril 2017 dans Chroniques, Notre Sélection | 0 commentaire

Pile – A Hairshirt Of Purpose

J’aurais dû savoir, entre leurs disques et la découverte de Tennis Bafra l’année dernière, que les mecs d’Influenza Records connaissaient leur affaire en matière de rock indé inspiration 90s. N’empêche, j’avais écouté plusieurs morceaux de Pile et c’était un poil bourrin à mon goût, ce n’est pas ma faute, je suis un sensible. Du coup, je ne me suis pas empressé d’écouter ce nouveau disque, le premier américain à sortir sur le label, et encore moins d’en faire la promotion. Mea maxima culpa. Je n’avais certainement pas écouté les bons titres pour me planter sur Pile à ce point-là ! Puissants, ils le sont certainement, il y a bien des titres comme « Hissing For Peace », « Texas » ou « Hairshirt »  pour le prouver. Mais bourrins, allons donc ! Déjà, A Hairshirt Of Purpose s’ouvre sur une ballade, et les morceaux downtempo sont quasiment omniprésents. Surtout, ils sont particulièrement réussis qu’ils soient de vrais titres calmes (« I Don’t Want To Do This Anymore », « Making Eyes »), dans le crescendo contenu (la très jolie « Milkshake »,  « Rope’s Lengths », « Dogs ») ou même dans l’explosion finale (« Slippery »). Au bout du compte, on a un disque très réussi, dans lequel on sent un gros travail de composition sans jamais être dans la surenchère, de la complexité sans jamais être dans le grandiloquent, de l’émotion sans jamais tomber dans le sentimentalisme… une vraie réussite, pour peu qu’on aime ce style de musique. Sans tergiverser, ce qui ne semble pas être le genre de Pile, Influenza Records a su nous dénicher un excellent album, et un groupe à découvrir assurément. Et puis, comment pourrais-je résister à des musiciens du Massachusetts qui appellent un de leurs morceaux « No Bone » ?...

lire la suite

Polarbird prêt à dégainer son premier album

Publié par le 2 avril 2017 dans News | 0 commentaire

Polarbird prêt à dégainer son premier album

Nos news vont de pair en ce moment. Après la doublette shoegaze Ride et Slowdive qui (peu de temps après Jesus And Mary Chain) va faire son grand retour, voilà que les indie rockeurs de Polarbird prennent exemple sur leurs potes de label Wonderflu en annonçant eux aussi un premier disque. La sortie de Burst est prévue le 6 mai en vinyle et CD chez Influenza Records. Ce jour-là, la sortie sera fêtée comme il se doit avec un concert au Supersonic (Paris). La (super) pochette est, comme d’habitude, signée Halfbob et voici « Brothers » premier extrait qui donne fichtrement envie :...

lire la suite

Dans le bac d’occaz #13 : Gang Of Four, Faith No More, Mogwai

Publié par le 2 avril 2017 dans Le bac d'occaz, Non classé | 0 commentaire

Dans le bac d’occaz #13 : Gang Of Four, Faith No More, Mogwai

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon un journaliste musical, un oncle cool ou encore un ami mélomane. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*   Dans le bac d’occaz #13 : les années en 9       1979 : Gang Of Four – Entertainment! J’ai été invité, un peu forcé à squatter pour être tout à fait exact, à la table d’un chef culte, talentueux et inventif. Il nous a servi un plat extrêmement original et même assez copieux, ce qui me fait toujours peur dans ce type de cuisine qui se la pète un peu, à base d’épinards, d’aubergines, de choux de Bruxelles, d’endives cuites et de foie de veau. C’était super bien maitrisé, dressé au poil, et les convives se sont régalés. Le problème, c’est que je n’aime ni les épinards, ni les aubergines, encore moins les choux de Bruxelles et les endives cuites et je conchie carrément le foie de veau. Du coup, tout en reconnaissant le talent de notre hôte, je me suis emmerdé sec et j’ai eu du mal à finir. En écoutant ce disque de Gang Of Four, c’est exactement l’impression que j’ai eu. Je suis bien obligé de reconnaitre que la musique proposée par le groupe, un mélange de post-punk, noise, hip hop, funk, reggae est original et parfaitement maitrisé, avec néanmoins un côté rough propre aux bons groupes indé… mais ça reste un mélange de styles qui, au mieux m’indiffèrent, au pire me donnent des diarrhées. Au final, pour toute ses qualités, et sa longueur tout à fait raisonnable, Entertainment! est pour moi parfaitement indigeste. D’ailleurs, je suis incapable de choisir un titre plutôt qu’un autre, c’est JL qui s’en chargera !     1989 : Faith No More – The Real Thing J’aurais pu copier-coller exactement le même paragraphe que pour Gang Of Four en changeant à peine quelques termes, mais je ne vais pas sombrer dans la facilité. Parlons donc spécifiquement de ce disque. Déjà, je vais faire mon mea culpa : vu la réputation de Patton, j’avais d’emblée rangé Faith No More sans les écouter dans la catégorie des groupes intellectuallo-bizarroïdes chiants trop occupés à faire des performances artistiques pour prendre le temps d’écrire un bon morceau. Force est de reconnaitre que The Real Thing n’est pas chiant (quoi que « Woodpecker From Mars »…) et encore moins intellectuel (quoi que « Edge Of The World »…). Non, s’il y a un adjectif qui collerait parfaitement à ce disque, c’est déroutant. On oscille entre des styles variés (hard fm, hip hop, metal, ballade, cabaret…) des fois dans un même morceau (style « Zombie Eaters »), sans aucune logique apparente, et pourtant le tout est porté avec une certaine cohérence, sans doute renforcée par la voix nasillarde de Patton, parfois à la limite du crispant. Le problème, comme pour Gang Of Four, c’est que si la variété et l’originalité sont indéniables, il faut quand même accrocher aux différents styles proposés, sous peine d’avoir vite l’impression d’une partouse à laquelle seraient conviés Bon Jovi, Slayer et MC Hammer. Je dois quand même noter deux morceaux...

lire la suite

Pointu Festival : un programme de folie… gratuit !

Publié par le 31 mars 2017 dans News | 0 commentaire

Pointu Festival : un programme de folie… gratuit !

En voilà une affiche qu’elle est belle ! Le Pointu Festival (qui porte bien son drôle de nom) convoque sur deux jours rien de moins que l’un des meilleurs groupes indie rock de tous les temps (Dinosaur Jr), deux mythes du shoegaze (Ride et Slowdive) et agrémentent le tout d’un petit Kurt Vile et Red Fang (entre autres). Et le plus fou dans tout ça c’est que ce festival est… GRATUIT ! Le festival Pointu c’est le 7 et 8 juillet à Six-Fours-les-Plages, et quelque chose nous dit qu’il y aura un peu de monde. L’évènement Facebook Le site du festival...

lire la suite

Slowdive : retour imminent !

Publié par le 28 mars 2017 dans News | 0 commentaire

Slowdive : retour imminent !

Décidément il semblerait que les légendes shoegaze se soient passés le mot. Si My Bloody Valentine avait montré la voie il y a 4 ans maintenant, The Jesus And Mary Chain, Ride et maintenant Slowdive ont quasiment coordonné leur retour dans les bacs. Damage And Joy, le nouveau disque de Jesus & Mary Chain est disponible depuis quelques jours, celui de Ride, Weather Diaries, suivra le 16 juin et Slowdive vient d’annoncer à son tour la sortie du sien, qui viendra s’intercaler entre les deux : le 5 mai prochain. Cet album éponyme  succèdera donc à Pygmalion, 22 ans après. Après la divulgation du premier single, le joli « Star Roving », Slowdive nous offre cette fois le clip du second extrait, « Sugar For The Pill ». Voilà, maintenant on a deux bons morceaux, une date de sortie. Ne reste plus qu’à attendre la délivrance dans un gros mois. JL Rappelons que Slowdive se produira au Trabendo de Paris dimanche 5 avril. Mais ne cherchez pas, c’est...

lire la suite

IAM – L’École Du Micro D’Argent

Publié par le 26 mars 2017 dans Chroniques, Incontournables, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

IAM – L’École Du Micro D’Argent

Dans quelques années quand on parlera de rap français à nos gosses, ils auront peut-être du mal à croire qu’auparavant les rappeurs déblatéraient dans le micro avec leur vraie voix sans avoir recours à des artifices dégueulasses, que ce qui les animait était de dépeindre la vie telle qu’ils la percevaient et telle qu’elle était vécue par des milliers de banlieusards n’ayant pas accès à la même exposition qu’eux. D’être la voix des sans voix comme le veut l’expression consacrée. Ils nous regarderont peut-être les yeux écarquillés quand on leur dira que ces mêmes rappeurs étaient médiatisés uniquement pour la qualité de leurs textes et non pas pour leurs frasques ou marques de sapes. On ne sera alors pas peu fier de leur dire que nous étions là il y a 20 ans pour vivre l’arrivée d’un monument du rap francophone. On leur foutra « Demain, C’est Loin » dans les oreilles et ils comprendront que tout est vrai. En 1997, IAM, étendard du rap marseillais sort donc ce qui reste à ce jour son chef-d’œuvre inégalé. Jusque-là il était respecté pour son statut de pionnier, justifié par deux premiers albums de qualité et un tube pour faire les cons en soirée (« Le Mia »). Les promesses sont là mais on ne s’attend quand même pas à un tel coup de maître. Avec L’école Du Micro D’argent, IAM déploie l’artillerie lourde. Tout pour plaire. Des instrus travaillées comme jamais, Imhotep et Kheops partent en quête du sample qui tue sillonnant les films, disques soul, funk et nous pondent des instrus comme on n’en avait jamais entendues de ce côté-là de l’Atlantique. C’est d’ailleurs en partant enregistrer une partie du disque à New York, mecque du rap underground, que les marseillais vont chercher l’inspiration. Dès le morceau titre en ouverture et son instru terriblement entrainante, on s’en prend plein la face. Parés pour la bataille. Les amateurs du Wu-Tang Clan ou de Mobb Deep auront droit à leur petite hallucination se disant qu’on n’est pas si mal en France. Au niveau des textes on n’est pas si mal non plus. Les MCs déploient un style tout terrain avec une plume aussi à l’aise dans l’égotrip pur et simple (« Un Bon Son Brut Pour Les Truands ») que dans le fait divers glaçant dépeint avec un réalisme froid (« Un Cri Court Dans La Nuit »). Le grand public découvre que le rap n’est pas qu’un truc de banlieusards pour les banlieusards. Une science de la rime, des textes d’une intelligence rare à même de parler à chacun de nous. Pas aussi intello qu’un MC Solaar, pas aussi radical que NTM ou Assassin, les marseillais ont leur créneau et livrent là « une musique pas faite pour 5 personnes mais pour des millions ». Entre des thèmes plus légers (le groovy « Bouger La Tête », ou la sale expérience « Elle Donne Son Corps Avant Son Nom » relatée avec humour), IAM n’oublie pas de mouiller le maillot en abordant les sujets plus sensibles et polémiques. IAM parle ainsi censure sur « Dangereux » (où Akhenaton fait référence à son morceau « Éclater Un Type Des Assedic » sur son album solo Métèque Et Mat, qui lui valut d’être attaqué en justice sur ordre d’un certain Alain Juppé). « Je voudrais faire le bien et rien d’autre, mais pour eux je suis un mouton galeux… un mec...

lire la suite

Margaret Catcher – Singularity

Publié par le 25 mars 2017 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Margaret Catcher – Singularity

Cette bonne vieille Maggie ! Un sacré personnage mais aussi, surtout, une sacrée grognasse qui aura bien fait morfler le prolo english. On était bien parti pour élire sa version française mais il semblerait que cette option ait pris du plomb dans l’aile suite à un assassinat politique sans précédent (c’est vrai quoi si on peut plus rincer la famille, se faire offrir de beaux costards et inviter l’ami Poutine à moindres frais, que nous reste-t-il ?). Au lieu du malheureux François pour nous rappeler Maggie, on a récupéré un groupe quelque peu incongru répondant au doux nom de Margaret Catcher. Pas sûr qu’on ait perdu au change… On a en tout cas gagné quelques très bonnes chansons (bien que ce terme étant sans doute le moins approprié possible pour définir leur musique). Des « chansons » aux structures bien alambiquées façon math rock le tout saupoudré de synthés rétro/cheapouilles/bien barrés et parfois complétées par une bonne vieille voix robotique à la Kraftwerk. Ça fait peur hein ? Mais non les amis c’est sympa comme tout. Margaret Catcher c’est un peu comme si l’intello chiant que vous imaginez faire des équations pour s’endormir, était convoqué au tableau et se mettait à faire des fuck à la prof et à partir dans une danse improbable devant vos yeux ébahis (l’imparable groove matheux de « Emergency » ou « We Want More », le délirant « Zouki Zouki » qui semble nous inviter à jouer à Mario Bros sous LSD avec Francky Vincent qui passe devant l’écran de temps en temps pour nous glisser deux trois conneries – non salaces toutefois les conneries). Une fois que vous avez cerné le personnage, ce n’est pas forcément évident de le suivre dans tous ses délires. Mais il va sans dire que ce duo a des choses à dire, des styles à explorer et le fait avec un enthousiasme et une excentricité qui nous mettent en joie (à commencer par le génial morceau éponyme). Plutôt que d’avoir plein d’idées et de les disséminer tout au long de l’album, Margaret Catcher prend le parti de toutes les mélanger au sein d’une seule et même chanson. Et de décliner l’opération sur 12 titres. En résulte un disque finalement très cohérent dans sa folie et qui vous donnera autant d’hallucinations auditives que de fourmis dans les jambes. JL Singularity by MARGARET...

lire la suite

Ride : une date de sortie et un clip pour le prochain album

Publié par le 24 mars 2017 dans News | 0 commentaire

Ride : une date de sortie et un clip pour le prochain album

  Le retour de Ride devient de plus en plus concret plus de 20 ans après son dernier album Tarantula. En effet on connait maintenant la date officielle de sortie du prochain disque. Weather Diaries, c’est son petit nom, devrait débarquer le 16 juin dans les bacs et en attendant « Charm Assault », le premier extrait dévoilé (suivi du très bon « Home Is A Feeling ») bénéficie de son petit clip réalisé par Anton Newcombe et Jean de Oliveira. Voilà vous n’avez plus qu’à cocher la date et à mater ce clip psyché-révolutionnaire en attendant… JL...

lire la suite

Mogwai paie sa tournée… et son disque

Publié par le 22 mars 2017 dans News | 0 commentaire

Mogwai paie sa tournée… et son disque

Un an après avoir signé la bande originale très sombre, très électro (et très réussie !) du documentaire Atomic, voilà que Mogwai annonce déjà son retour. Le successeur serait enregistré et sa sortie est à prévoir sans doute d’ici début septembre (on prend pas trop de risques), date qui marquera le début de leur prochaine grande tournée qui inclura deux haltes par chez nous : le 18 octobre à l’Aeronef de Lille et le 23 octobre au Grand Rex (Paris)....

lire la suite

Wonderflu revient avec un double album !

Publié par le 22 mars 2017 dans News | 0 commentaire

Wonderflu revient avec un double album !

Il se sera fait attendre celui-là. Après avoir sorti un nombre incalculable d’EP, tous aussi excellents les uns que les autres, Wonderflu vient d’annoncer la sortie prochaine de son premier album. Et comme pour se faire pardonner de cette longue attente (7 ans tout de même depuis Lota Schwager, le premier EP), les parisiens nous ont concocté un DOUBLE album ! Rien de moins. La sortie est prévue le 14 juin chez Influenza Records évidemment et un premier extrait est en écoute (et en clipd). Ça s’appelle « Tease You », c’est court et intense !...

lire la suite