Évènements à venir

L7 @ La Cigale (Paris), 13/06/18

Publié par le 19 juin 2018 dans Live reports, Non classé | 0 commentaire

L7 @ La Cigale (Paris), 13/06/18

C’est dur de vieillir. Quand on se rend compte qu’on loupe les premières parties non pas parce qu’on est resté avec ses potes boire des bières, comme certains sont coutumiers du fait, mais pour de sombres histoires de boulot ou de bain à donner, on doit se rendre à l’évidence. Quand on doit se faire violence pour sortir le mercredi soir, alors que c’est L7 qu’on va voir, aussi. Je ne peux donc malheureusement pas vous parler de Black Moth qui ouvrait ce soir, arrivé juste après leur prestation, mais je peux vous expliquer pourquoi je ne regrette absolument pas d’avoir fait le déplacement malgré le poids des années. Car même si le temps d’installation aura été un peu long, même si le concert aura commencé avec une musique hip-hop dancefloor assez improbable dans le contexte, quand les L7 commencent à jouer, il y a de quoi mettre tout le monde d’accord. Déjà, elles commencent très fort : “Andres”, “Fast And Frightening” et “Everglade”, sans vraiment laisser le temps de souffler. À peine trois morceaux et que du matériel à rappel ! Alors que Suzy Gardner entame son tour de chant, Donita Sparks et Jennifer Finch mettent déjà l’ambiance en bougeant partout avec leurs instruments. Dee Plakas, elle, est devenue blonde et barbue, mais tape toujours avec entrain sur ses fûts. Trois bonnes claques d’entrée de jeu, où chacune chante tour à tour, et déjà le public qui s’est amassé à la Cigale est conquis : ça danse, ça chante, ça saute partout. Après nous avoir mis dans le bain, Donita nous fait un petit topo. 12 heures avant leur départ pour l’Europe, Dee Plakas s’est cassée le bras. Elle est donc remplacée par un certain Joey, ce qui explique son changement d’apparence manifeste. Pour couronner le tout, elles ont perdu leur bannière et on dû faire avec les moyens du bord, en l’occurrence du scotch vert fluo pour décorer la scène d’un gigantesque L7. “On déchire ou pas ?” nous demande-t-elle avant que Jennifer ne réponde “on a tellement de clito qu’on n’a pas besoin de couilles” en référence à un vers de “Fast And Frightening”. Puis elles enchaînent les vieux titres, les blagues, les moments forts. Oui, elles déchirent, c’est sûr ! Si la formule du groupe selon Donita elle-même, c’est le mélange d’hymnes de colère et d’humour, on a été bien servis ce soir. Niveau humour, on a eu par exemple cet échange après une bière, où elle nous explique que Suzy est plutôt à l’eau, qu’elle a besoin de bière et que Jennifer tourne à l’héroïne. “Oui, donnez-moi de l’héroïne. Quoique, vu la mode, je devrais plutôt me mettre aux meths“. Et Suzy de renchérir “quelqu’un a du plutonium ?” avant que le groupe ne lance “Crackpot Baby”. Pour la colère, on a eu une setlist assez parfaite, où l’on pouvait s’interroger sur la présence en milieu de set de titres comme “Fuel My Fire”, “Off The Wagon” ou “Shove”, avant de se dire qu’il restait encore pas mal de prétendants au rappel explosif. Une bonne manière de se rendre compte que le concert a des allures de best of, et que le groupe a quand même sorti un bon nombre de tueries. Seul bémol, un mec bourré qui s’effondre comme une masse à deux...

lire la suite

E – Negative Work

Publié par le 17 juin 2018 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

E – Negative Work

Un an et demi à peine après sa première réalisation éponyme, l’excellent album E, le super-groupe noise rock doté de la cinquième lettre de l’alphabet revient pour en découdre avec Negative Work. Tout un programme ! Ce trio formé de vétérans du rock alternatif des années 90 – Jason Sanford de Neptune, Gavin McCarthy de Karate et Thalia Zedek, à l’impressionnante discographie (Uzi, Come, Live Skull, etc.) –, nous gratifie d’un nouvel opus fiévreux, énergisant et au rendu unique. La musique de E ou A Band Called E a quelque chose d’une énergie domptée, un savant dosage de colère retenue qui ne demande qu’à se libérer et à ouvrir les vannes d’une puissance noise tourbillonnante. Tour à tour apaisée, voire lancinante, puis énervée et emphatique, elle se fait sinueuse et, suivant les morceaux, adopte une structure complexe, sans jamais oublier en ligne de mire, l’envie de mélodie. “Poison Letter” est un exemple frappant de la maîtrise d’un jeu apaisé/énervé, avec une longue introduction entêtante scandée et tressée par Thalia Zedek, qui prend son envol à partir de 1’30, puis, par strates, devient de plus en plus épique. Autre morceau marquant, “Cannibal Chatroom” profite de la voix chuchotée/murmurée de Jason Sanford, accompagnée par le motif guitaristique obsédant de Zedek, et prodigue des vagues de furie noise entre deux creux d’ivresse. “Untie Me” adopte une ligne continue très énergique quand “Pennies” et “Hollow” se font plus calmes, plus tortueux, mais toujours sous-tendus par une frénésie stridente. L’un des titres les plus magnétiques, “Hole In Nature”, témoigne au plus près de la personnalité de Sanford qui joue à l’équilibriste vocal sur ce morceau et y chante un texte que l’on sent des plus personnels. Comme une hydre à trois têtes consciente de ses individualités, E a réussi à fusionner ses envies et cultiver ses différences. L’album donne l’impression que chaque membre y joue sa propre partition égotique, tout en laissant la possibilité à l’autre de prendre le dessus, de faire la chanson sienne et d’y ingérer tout son être. L’alternance de chacun à la voix – au sein parfois d’une même chanson –, ainsi que l’enregistrement dans les conditions du live aux studios Machines With Magnets et enfin l’apport des guitares home made, aux multiples sons ensorcelants, de Sanford, créent un bloc musical uni et unique, une entité rock qui a trouvé sa voie (sa voix) et vient d’accoucher d’une galette enivrante qui va longtemps tourner sur nos platines. Julien Savès Negative Work by E LIRE LA CHRONIQUE DE COME –...

lire la suite

Parquet Courts – Wide Awake

Publié par le 14 juin 2018 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Parquet Courts – Wide Awake

Commençons par dire une ou deux saloperies. Ça fait toujours du bien. Parquet Courts fait partie de ces groupes sympas, qui sortent des albums honnêtes, un brin surcotés. S’ils n’existaient pas, ça ne changerait rien à notre vie mais on ne leur souhaite que du bien, car ce sont des passionnés, parfois inspirés et indéniablement talentueux. Modérées les saloperies, notez bien. Vous dire que ce nouvel album était attendu fébrilement de ma part serait évidemment un mensonge éhonté. Toutefois, une bonne surprise est toujours à espérer et on pouvait a minima tabler sur de nouveaux singles bien troussés comme ils en ont déjà offerts par le passé. Bingo Roberto ! “Total Football” la met d’emblée en lucarne et nous ferait presque croire qu’on manie le ballon comme personne à New York. D’autres friandises sont offertes et ne nous enlèvent pas le petit sourire satisfait qui s’est dessiné à l’écoute de ce début d’album. Tout aussi remuant (mais plus électronique) “Violence” fait le job efficacement, quand “Before The Water Gets Too High” possède la dose adéquate de coolitude avec le chant tout en détachement de ce bon branleur qu’est Andrew Savage. Entame de match réussie, donc. La suite sera plus riche en temps morts. Au niveau des gestes techniques marquants, retenons “Almost Had To Start A Fight”, entre tension et déhanchés subtils. Joga bonito. L’adversaire est au sol, le public entame une ola. Mais l’excitation retombe assez vite malgré les efforts de créativité déployés (“Normalization”, “Back To Earth”, la funky samba “Wide Awake” rigolote mais guère plus). Un débordement sur l’aile gauche avec la post punk “NYC Observation” et des grigris du feu follet “Extinction” redonnent un peu de mordant à l’affiche. Puis un petit groupe d’ultras entonnent ce qu’ils semblent considérer comme un hymne mais qu’ils sont les seuls à connaitre (“Death Will Bring Change”). Divertissant mais pas sûr que ça concurrence “You’ll Never Walk Alone” un jour. Coup de sifflet final. Pas de révolution en vue. Me voilà conforté dans mon opinion avec ce nouvel album honnête offert par ce groupe décidément tout ce qu’il y a de plus sympa mais tout de même un brin surcoté. Jonathan Lopez LIRE LA CHRONIQUE DE HUMAN PERFORMANCE LIRE LA CHRONIQUE DE SUNBATHING...

lire la suite

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Publié par le 13 juin 2018 dans Le bac d'occaz | 0 commentaire

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz’ #27 :suggestions pour les années en 3 Suicidal Tendencies – Suicidal Tendencies (1983) : suggéré par Okérampa Cher Oké, Cela fait un moment que je connais Suicidal Tendencies, depuis ma période Metallica, en fait, et il est même fort probable que ce soit toi qui me les avais recommandés. En revanche, de ce premier album, je ne connaissais que “Institutionalized”, donc c’était une bonne occasion d’aller voir ce qu’il y a derrière. Ce qu’il y a derrière : beaucoup de punk hardcore assez bourrin, mais, comme sur le morceau en question, pas mal de tentatives. Spoken word, donc, mais aussi, cassures de rythme, ralentissements, solos de guitare limite thrash (le solo de “I Shot The Devil” qui rappelle celui de “One” de Metallica, mais 6 ans avant, donc peut-être que Metallica s’en est inspiré), inclusion vers le metal et, plus surprenant, vers ce qu’on pourrait presque qualifier de rock alternatif/grunge (“I Want More”)… Un disque intéressant, c’est certain. Mon seul reproche, c’est que le hardcore bourrin en est non seulement le cœur, mais englobe aussi tout le reste. Je préfère personnellement quand il est là dans le fond, mais limité au strict minimum dans la forme. À part ça, rien à redire, ce disque est à découvrir ne serait-ce que pour l’histoire du punk.   Wu-Tang Clan – Enter the Wu-Tang (36 Chambers) (1993) : suggéré par JL Cher JL, Je dois t’avouer que, n’écoutant pas de rap dans les années 90, toute mon éducation est à refaire. En même temps, c’était peut-être du conditionnement social, mais en tant que petit babtou de classe moyenne, je ne me sentais pas du tout légitime à écouter du hip hop, et ceux qui le faisaient autour de moi, arborant tout l’arsenal ghetto street life, me paraissaient absolument ridicules. Ado on écoute surtout de la musique pour l’image, soyons honnêtes. Alors des niggaz de quartier qui revendiquaient une imagerie asiatique, en assimilant de surcroit les deux écoles d’arts martiaux les plus célèbres pour leur rivalité, ça me faisait pisser de rire. Impossible pour moi de prendre ce groupe au sérieux ! Les années ont passé et je me suis ouvert à d’autres horizons musicaux, j’ai pris conscience des carcans sociaux, et j’ai arrêté d’écouter de la musique pour l’image ou pour l’imagerie. Du coup, c’est avec 25 ans de retard que je donne sa chance au Wu-Tang Clan. Bon, ce n’est pas que le groupe manque d’humour, certaines punchlines d’Old Dirty Bastard sont mêmes plutôt bien trouvées, mais pour le coup, ça ne me fait plus rire du tout. C’est du sérieux ! Les instrus sont travaillées et efficaces, et niveau flow, chaque membre du clan rivalise avec l’autre. Un hip hop de très haut niveau, malgré les aspects caricaturaux inhérents au gangsta rap, qui me renvoie par la qualité de ses beats et la variété de ses MCs à ATK, l’un des...

lire la suite

Low : nouvel album et concert à La Gaîté Lyrique !

Publié par le 12 juin 2018 dans News | 0 commentaire

Low : nouvel album et concert à La Gaîté Lyrique !

Alors qu’on garde encore un souvenir ému de leur dernier passage à Paris, Low sera de retour le 13 octobre prochain sur la scène de La Gaîté Lyrique et on à déjà hâte d’y être. Avant cela, le groupe sortira le 24 septembre prochain Double Negative, son 12e album, successeur du (comme toujours) très beau Ones And Sixes. Un disque présenté par le communiqué de presse comme “le plus audacieux et le plus abrasif (et paradoxalement le plus stimulant)“, des qualificatifs que tend à vérifier la première vidéo extraite de l’album. Présentée sous forme de triptyque, elle nous révèle les 3 premiers morceaux du disque, et visiblement le groupe a poussé assez loin son désir d’expérimenter. Vivement la rentrée ! Jonathan Lopez LIRE LA CHRONIQUE DE ONES AND SIXES LIRE LA CHRONIQUE DE I COULD LIVE IN HOPE LIRE LE REPORT DU CONCERT AU DIVAN DU MONDE EN...

lire la suite

Concours : 2 places à gagner pour E à l’espace B (Paris)

Publié par le 12 juin 2018 dans Concours | 0 commentaire

Concours : 2 places à gagner pour E à l’espace B (Paris)

Il y a peu, on vous parlait du concert captivant livré par Thalia Zedek à l’Olympic Café. Et bien, figurez-vous que la dame (ex-chanteuse des merveilleux Come, Uzi et Live Skull) est de retour dès la semaine prochaine dans la capitale. L’heureux évènement, encore organisé par les décidément très inspirés GTOK GTKO, se déroulera à l’Espace B cette fois, le 18 juin prochain. Aux côtés de la prêtresse blues/noisy, deux autres pontes de la musique bruyante, Jason Sanford (Neptune) et Gavin McCarthy (Karate) qui forment avec elle le trio E dont le rock puissant et mélodique devrait hérisser sans peine les poils des spectateurs. Pour vous en convaincre, jetez donc une oreille à “Pennies” (tout en bas), l’un des titres issu de leur remarquable Negative Space qui vient de débouler dans les bacs (on vous en reparle vite). Et pour vérifier l’efficacité du trio sur scène, vous pouvez prendre vos places ici ou tenter de la gagner en nous envoyant votre nom et prénom par mail à l’adresse contact.exitmusik@gmail.com avec pour objet “concours E”. Bonne chance ! L’évènement Facebook...

lire la suite

Ramones – Too Tough To Die / Halfway To Sanity

Publié par le 12 juin 2018 dans Chroniques, Incontournables, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Ramones – Too Tough To Die / Halfway To Sanity

Je ne sais pas pourquoi, j’ai ressorti deux albums des Ramones des années 80 et eu envie de les chroniquer pour vous. On parle d’une période 84-87, très resserrée donc, ce qui rend intéressante la mise en parallèle. Ces deux LP sont Too Tough To Die (1984) et Halfway To Sanity (1987). J’ai eu la flemme de me replonger dans la bio de Joey par son frangin ou l’autobio de Marky (d’ailleurs, chuicon, il était pas là à cette période) mais je me souviens que l’ ambiance au sein du groupe est toujours aussi pourrie avec les frères ennemis Joey/Johnny, la dope encore et toujours pour Dee Des et ses velléités rap et puis Richie qui se fait visiblement balader et se cassera pour permettre le retour en fanfare de Marky après Halfway To Sanity. Alors donc, ces 2 LP ? Les pochettes sont similaires, les 4 “hombres ” se détachent, un coup sur un fond bleu un peu Rencontre du 3ème type et un coup dans l’ arrière-cour d’un resto chinois. Les poses sont les mêmes, l’iconographie est en marche. Depuis le premier en 76, les Ramones sont 4 mecs debout en perfs. Finalement, en une quinzaine d’années, rien n’a changé, ou sauf peut-être les cheveux courts de Dee Dee et ses gants cloutés. La grande tendance dans chacun de ces 2 LP, c’est que les Ramones sont à la fois à la recherche du hit et d’une reconnaissance large qui se fait tarder et dans le respect d’une fan base. Pour ce qui est des hits, il y a réellement de très belles tentatives qui deviendront des classiques des Ramones sans toutefois leur ouvrir la Grande Porte. Je pense au grand “I Wanna Live” et à ce morceau totalement putassier, pourtant pas l’esprit maison, qu’est “Howlin At The Moon (Sha-La-La)”. C’est vrai que c’est sur le LP Animal Boy, non chroniqué ici, qu’on en a la plus belle illustration avec “Bonzo Goes To Bitburg ” mais l’ esprit est le même, ils en ont marre de faire “Pinhead” et de dormir dans des motels. “I Wanna Live” est classique dans la forme mais très catchy. Le fan de la première heure sera un peu dérouté par la gratte qui sonne synthé dans les ponts avant refrain. Puis, ce message vaguement positiviste (je te survivraaiii) fait très 80’s. Mais que c’est bien foutu. J’aime ! Après, on trouve du son Ramones classique mais sans sentir la recette facile. Je parle ici de “Go Lil’ Camaro Go”, “Real Cool Time” et “Bye Bye Baby” sur Halfway To Sanity ou encore à “Human kind ” sur Too Tough To Die. 100% Ramones, tout ça !! Le genre qui te maintiendra toute ta vie dans une post-adolescence “saine et salvatrice” (ha). “Go Lil’ Camaro Go” en particulier nous ramène à nos beach boys punk de l’époque Rocket To Russia avec le refrain: “Girls Cars Sun Fun, Girls Cars Sun Fun for everyooone“. Pas exactement de l’ écriture inclusive ! Puis, on a le hardcore. Les Ramones y voient une manière de se rapprocher d’un public diffèrent et plus large, le hardcore étant huuuge à l’époque. Alors, là, ils en font des louches, poussés par Richie. “Wart Hog “, “Endless Vacation” (aïe aïe en concert), “Weasel Face”, “I’m Not Jesus” (re-aïe), “I...

lire la suite

God Is An Astronaut – Epitaph

Publié par le 8 juin 2018 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

God Is An Astronaut – Epitaph

Difficile de rester insensible à la musique de God Is An Astronaut. Improbable même, à moins d’être sourd. L’atmosphère déployée par leur musique est un régal. On pourrait chercher à comparer Epitaph à ses prédécesseurs et pinailler un peu pour y trouver des défauts, ce serait céder un peu trop facilement à un jugement hâtif et injuste. L’histoire de cet album est douloureuse. Sa genèse a été jalonnée de coups durs et Epitaph fait figure d’hommage à des proches du groupe et a été conçu comme une échappatoire à la douleur. Un souhait de libérer cette peine par des mélodies profondes, des envolées atmosphériques, des montées en puissance glaçantes parfaitement ajustées. En témoigne la sublime “Seance Room” qui illustre à elle seule toute l’intensité et la beauté de leurs compositions ou encore l’hypnotique “Mortal Coil”. Un équilibre parfait où tristesse, colère, espoir et autres émotions s’entremêlent, s’entrechoquent. La lumière au bout du tunnel n’est pas loin. Les irlandais nous reviennent avec un album saisissant, empreint de mélancolie, qui saura sans nul doute capter très vite votre attention et vous séduire. Julien...

lire la suite

Villette Sonique (Paris), 25 & 26/05/18

Publié par le 6 juin 2018 dans Live reports, Non classé | 0 commentaire

Villette Sonique (Paris), 25 & 26/05/18

25 mai 2018 Faites des gosses qu’ils disaient ! Et ouais, mais des gosses c’est toute une organisation. Ça vous fait cavaler partout à la sortie du taf et ça vous fait louper le début d’une soirée Villette Sonique. Résultat des courses : pas de James Holden et moins de Mogwai que prévu. Me voilà trempé quand j’arrive à la Grande Halle de la Villette (oui parce que quand il fait un peu trop chaud à Paris, on se prend un orage pour compenser c’est la règle). Le temps de prendre une bière, de me faufiler dans les premiers rangs et de voir la fin de “Rano Pano”. Dommage, j’aime bien “Rano Pano”. Le son est propre, c’est joli mais la setlist fait la part belle aux morceaux atmosphériques (“I’m Jim Morrison, I’m Dead”, “New Path To Helicon, Pt 1”, “Ithica 27o9”). Donc on regarde, on apprécie et on applaudit poliment. Mais on n’est pas transcendé non plus. On l’a dit, le son est propre mais il manque un peu d’amplitude et on retrouve ce sentiment frustrant déjà vécu dans cette (trop grande) salle : une certaine froideur, une distance entre le public et le groupe. Un public qui ne semble pas complètement concerné, qui plus est : certains papotent et ne prêtent que peu d’attention au concert, sans doute venus pour voir Jon Hopkins (on avait quelques doutes sur la cohérence de l’affiche, ils sont confirmés). Malgré ces désagréments, le groupe réalise une bonne prestation et la fin de concert va prendre une toute autre tournure. Après quelques frissons sur les arpèges délicieux de “Every Country’s Sun” qui clôturait de façon épique l’album du même nom, l’excellent “Remurdered” – bien plus remuant que sur disque (et bénéficiant contrairement aux autres titres d’un lightshow très poussé) – chauffera le dancefloor comme il faut avant Jon Hopkins. De quoi réconcilier les amateurs des ambiances cinématographiques propres aux écossais et les fans d’électro venus remuer leur popotin. Ces derniers vont toutefois vite déchanter avec un coup de grâce inattendu dont les trois mots font toujours vibrer les amateurs de post rock : “MOGWAI FEAR SATAN”. Lors de la longue plage contemplative à mi morceau, beaucoup tapent la discute tranquille, sans se douter de la déflagration à venir. Je ricane en silence. L’explosion est soudaine et sonne comme un énorme “VOS GUEUUULES” que je mourrai d’envie de leur envoyer dans les gencives. Mogwai le fait mieux que moi. Les réserves évoquées précédemment sont balayées, “Mogwai Fear Satan” est plus fort que tout. Dans la continuité, “Old Poisons” maintient les décibels à haut niveau avec une puissance et une explosivité qui auront parfois manqué dans la première partie du show. De quoi alimenter bien des regrets, et pousser un petit coup de gueule aussi : alors que le set devait durer 1h20, on n’aura vu qu’une heure (et moi 40 minutes…). Pour une groupe de cette trempe et dont la musique nécessite un peu de temps pour totalement captiver, c’est trop peu. Malgré tout, il semble loin le temps où Mogwai vidait les salles en fin de concert dans un déluge noisy qui faisait passer Jesus And Mary Chain pour des petites frappes. Mettons ça sur le compte de la maturité… De la maturité, ce n’est pas tout à fait ce qui caractérise...

lire la suite

Interview – L7

Publié par le 5 juin 2018 dans Interviews, Notre Sélection, Toutes les interviews | 0 commentaire

Interview – L7

Actives depuis le milieu des années 80, les L7 se sont vite imposées comme un groupe de référence de ce qu’on allait regrouper sous l’étiquette grunge. En six albums et 15 ans de carrière, elles ont marqué leur époque avec leur musique singulière, mélange d’agressivité et d’humour, énergique et rentre-dedans, reconnaissable entre mille. Depuis quatre ans qu’elles ont repris les affaires, elles semblent ne pas avoir oublié la formule et prévoient de nous le prouver en enregistrant cet été un nouveau disque. Le 7ème. C’est par téléphone, alors qu’elle est en plein déménagement, que nous avons eu le plaisir d’interviewer Donita Sparks. L’artiste nous a parlé de musique, évidemment, de leur nouvelles sorties, de ce qui l’énerve, et en a profité pour nous rappeler qu’il ne faudrait pas réduire L7 à un groupe de filles !   “Nous ne sommes pas un groupe politique. On a fait des œuvres de charité et on a monté des associations, mais on est un groupe de rock’n roll.”   Vous avez été le premier groupe féminin à signer chez Epitaph. Était-ce difficile d’être un groupe de filles dans un milieu majoritairement masculin ? Donita Sparks (chant-guitare) : On ne faisait pas partie de cette scène. On venait de la scène Art Punk de Los Angeles, pas de la scène Epitaph. On connaissait Brett Gurewitz, qui tenait le label, et il nous a signés parce qu’il aimait ce qu’on faisait. Mais nous n’avons jamais eu de problèmes avec les autres groupes, masculins ou féminins, qu’ils fassent du punk, du hard rock ou du métal. Ils nous aimaient bien, pour la plupart. Nous n’avons eu de problème avec personne à part les squares (NdT : les gens coincés, conformistes). C’est pour ça que vous vous appelez L7 (NdT : L7 est une manière argotique de désigner les squares) ? Non, en tout cas ça n’a rien à voir avec la réaction au fait qu’on soit un groupe de filles. Donc vous ne faisiez pas partie de la scène punk. Vous vous considériez comme punk ? Ou juste comme un groupe de rock’n roll ? Non, on faisait carrément partie de la scène punk, mais la scène Epitaph est venue après. Oh, pardon. Je veux dire, ils ont eu le vent en poupe à la fin des années 80, alors qu’on était plus un groupe punk de la fin des années 70, début 80. Notre disque chez Epitaph est sorti en 1987, ce qui est tard, pour du punk ! Le punk rock, c’est en 1977 ! Oui, on est complètement des punk rockeurs, du fond de nos cœurs. On aime les Ramones, X-Ray Spex, les Sex Pistols, la première vague du punk. Donc vous ne vous identifiez pas aux groupes Epitaph qui sont arrivés plus tard. Oui, et puis on était déjà chez Sub Pop, à ce moment-là. Quand Epitaph a explosé, on était déjà sur un autre label. Toujours à LA, mais sur un autre label. Vous avez tourné avec énormément de groupes. Lequel vous a laissé le meilleur souvenir ? Oh mon Dieu… On a tourné avec Cat Butt, qui était avec nous chez Sub Pop, c’était génial. Avec les Breeders, Nick Cave And The Bad Seeds, on s’est beaucoup amusés. Nirvana… Tous ces groupes, c’était l’éclate. Les Lunachicks, de New York, c’était marrant de tourner avec eux. Reste-t-il un...

lire la suite