Évènements à venir

The Cure va sortir un nouvel album… et ce n’est pas une blague !

Publié par le 15 décembre 2018 dans News | 0 commentaire

The Cure va sortir un nouvel album… et ce n’est pas une blague !

Un peu comme le nouveau Tool, attendu depuis des lustres et constamment repoussé, le prochain album de Cure est un éternel serpent de mer qui prend un malin plaisir à revenir régulièrement dans les conversations mais qui nous échappe depuis plus de 10 ans. Alors que le groupe de Robert Smith qui fête ses 40 ans de carrière, effectuera une tournée des grands festivals européens l’an prochain, incluant un passage à Rock En Seine fin août, et qu’il vient tout juste d’intégrer le Rock And Roll Hall Of Fame, en compagnie de Radiohead et Janet Jackson (ça sert à rien mais on imagine que ça doit faire plaisir), son légendaire chanteur-guitariste a indiqué que 4:13 Dream aurait bien un successeur l’an prochain “En voyant tous ces nouveaux groupes, j’en ai écouté quelques uns et rencontré beaucoup, ce qui m’a, en quelque sorte, inspiré pour faire quelque chose de nouveau. Donc oui, nous allons finir ce qui sera notre premier album en plus d’une décennie dans environ six semaines. Nous en sommes tous très excités.“ Nous aussi. Jonathan Lopez LIRE LA CHRONIQUE DE DISINTEGRATIONLIRE LA CHRONIQUE DE PORNOGRAPHYLIRE LE REPORT DU CONCERT À LONDRES EN...

lire la suite

Iggy Pop va produire une série sur le punk

Publié par le 15 décembre 2018 dans News | 0 commentaire

Iggy Pop va produire une série sur le punk

Ce n’est rien de moins qu’Iggy Pop, l’un de ceux à l’origine du punk avec ses Stooges à la fin des années 60, qui est à la tête d’une série de 4 épisodes sur le genre. Sobrement intitulé Punk, la série, co-produite par John Varvatos, verra intervenir quelques figures emblématiques du mouvement en Angleterre et aux Etats-Unis (mais visiblement, uniquement les plus connus). Jugez plutôt : John Lydon (ex-Johnny Rotten des Sex Pistols pour les incultes, avant de changer de nom et de style avec PiL), Marky Ramone (vous trouverez tout seul dans quel groupe il jouait), Wayne Kramer du MC5, Debbie Harry et Chris Stein (madame Blondie et son guitariste), Jello Biafra des Dead Kennedys ou encore Danny Fields, patron d’Elektra Records qui a vu passer quelques allumés punk en son sein. Plus incongrues, notons les présences de Dave Grohl (vous voyez qui c’est, hein ?), Flea (bassiste-slapper des Red Hot) et Duff McKagan (qui a joué dans plusieurs groupes obscurs mais bons de Seattle avant de devenir riche avec ces pitres de Guns N’ Roses… et de retourner dans les obscurs mais bons Walking Papers). Dans ce panorama complet sur “la musique, la mode, l’art et l’attitude DIY qui ont fait cette culture underground de marginaux et d’inadaptés auto-proclamés“, on nous promet des “photos rares et inédites, de vieilles archives vidéo poussiéreuses, ainsi qu’une bande originale bruyante faite de réussites et d’échecs du punk“. La série sera sur les écrans américains à partir du 11 mars, aucune date de diffusion n’a pour l’heure été annoncée pour la France. Jonathan Lopez Allez, à défaut d’une bande-annonce, on se remate un live de 1969 de l’iguane (l’image est pourrie, mais l’essentiel est ailleurs) LIRE LA CHRONIQUE DE SON DERNIER ALBUM (GUÈRE TRANSCENDANT) POST POP DEPRESSIONLIRE LA CHRONIQUE DE READY TO...

lire la suite

Pixies – Come On Pilgrim… It’s Surfer Rosa

Publié par le 14 décembre 2018 dans Chroniques, Incontournables, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Pixies – Come On Pilgrim… It’s Surfer Rosa

(4AD, 28 septembre 2018) Comme le disait Jacques Séguéla, éminent spécialiste du rock indépendant « si tu n’as pas tous les premiers albums des Pixies en CD, vinyle et MP3, t’as raté ta vie ». C’était un peu radical certes, mais on est au moins d’accord pour dire que t’as raté ta discothèque. Fort heureusement, Frank Black et 4AD n’étant pas les derniers à courir après les biftons, la discographie des Pixies (à laquelle nous avions consacré un colossal article il y a quelques temps) fait l’objet de rééditions tous les 5 ans environ. Cette fois, il s’agit des deux premiers faits d’armes des bostoniens qui sont à l’honneur : le premier EP, Come On Pilgrim, et le premier album Surfer Rosa, sorti il y a 30 ans. Pourquoi faudrait-il donc se ruer sur ces disques, s’interrogent les incultes ? On vous explique. Viens donc Pilgrim, tu sais qu’on t’aime et on va raconter un peu ce que t’as dans le bide. Des mélodies délicieuses (“Ed Is Dead”) mêlées à une furieuse énergie punk (les hispaniques hystériques “Vamos”, “Isla de Encanta”), des refrains éternels (“Caribouuuuuuuuuuuu”)… Come On Pilgrim c’est décousu, c’est foutraque, c’est énervé, ça se chantonne autant sous sa douche que ça se pogote dans son salon (“you are the son of a motherfuckeeeer“). “Levitate Me” boucle ces 20 premières minutes géniales avec ce grain de folie qui ne quittera plus le groupe (enfin si, il le quittera en même temps que Kim Deal). 8 titres, 20 minutes et un bon paquet de promesses. Pas grand chose à demander de plus et pourtant quelques mois plus tard, Pixies enfonçait le clou au marteau piqueur avec Surfer Rosa. A l’époque, tout le monde se cognait de “Where Is My Mind?” qui n’est qu’un (grand) morceau parmi d’autres. Il y a tout sur Surfer Rosa, une intro de disque merveilleuse avec déjà une pure ligne de basse de Kim Deal, une doublette Black/Deal au chant qui fait merveille, des cris de demeurés du gros aux envolées éthérées de la petite. Des riffs incontrôlés, une hystérie permanente (“Something Against You”, “Broken Face”), une maitrise confondante (“River Euphrates”), un “Cactus” bien piquant qui mettra tout le monde à genoux, Bowie compris (qui le reprendra respectueusement). Des lignes de basse que tu peux apprendre en trois minutes mais que t’aurais jamais pensé à composer. Plus c’est con, plus c’est bon. Fabuleux disque pop expédié façon punk. Des morceaux bourré d’idées géniales, saugrenues, ou les deux, qui en disent bien plus en deux minutes que beaucoup le font en cinq. Surfer Rosa c’est aussi l’une des plus grandes chansons jamais écrites par Kim Deal : “Gigantic”. La formule loudQUIETloud à son paroxysme. On prend tous notre claque et Cobain prend des notes. Pour plus tard. Ça c’est pour l’Histoire mais pour revenir à l’objet en question, au-delà d’un beau coffret à l’artwork soigné, l’intérêt principal réside dans son live. Un live radio de 86, bien avant que le groupe n’ait enregistré quoi que ce soit, qui a forcément valeur de testament. Il y a un côté touchant à écouter ce groupe balbutiant dont les préoccupations d’alors devaient être de trouver un local pour la prochaine répète et de se dégoter une nouvelle date pour un cachet misérable. Le son est bien dégueulasse, ça chante plus mal...

lire la suite

5 chansons, 5 disques par Mudhoney

Publié par le 11 décembre 2018 dans 5 chansons, 5 disques, Interviews, Live reports, Non classé, Toutes les interviews | 0 commentaire

5 chansons, 5 disques par Mudhoney

Il y a trois ans, l’un d’entre nous rencontrait Mudhoney pour la première fois, au cours d’un échange vif et passionné. Une expérience restée gravée. Car rencontrer Mudhoney pour une interview, c’est un vrai rêve de fan. Non pas que le groupe soit particulièrement inaccessible, on ne compte pas les photos de gens qui ont pu les croiser aux abords de leurs concerts, mais ils ne passent pas si souvent par chez nous et quand on n’a jamais vraiment eu l’occasion de discuter avec eux, c’est un moment assez énorme. Surtout quand, l’interview ayant un peu de retard, on a l’occasion de profiter des balances, quasiment seuls dans la salle. Seule petite déception, le chanteur Mark Arm ne sera pas de la partie, laissant la corvée des relations publiques au guitariste Steve Turner et au bassiste Guy Maddison. Déception vite envolée quand les deux répondent avec franchise, humour et sympathie (et un accent australien pas toujours facile à comprendre pour nous pauvres frenchies, en ce qui concerne Maddison) à nos questions sur 5 de leurs chansons.  © Emily Rieman Mudride (Superfuzz Bigmuff EP, 1988) Steve Turner : C’est une de nos plus vieilles chansons. On l’a écrite assez tôt. Il y avait carrément du Spacemen 3 et du 13th Floor Elevators dans nos inspirations pour ce morceau, je dirais.Guy Maddison : C’est comme ça que ça sonne ! (rires)ST : C’était marrant d’avoir un morceau plus lent pour se lâcher au début du groupe. On la fait encore, parfois, mais ça prend du temps pour l’amener à sonner comme il faut. Je pense qu’il faut la jouer souvent pour qu’elle sonne bien. GM : Oui, elle a un groove particulier sur lequel il faut qu’on se cale pour qu’elle sonne comme elle devrait. Je trouve qu’elle ressort de l’EP. C’était voulu ?ST : Non…C’est sur Superfuzz ? (Je confirme) Ben, on avait déjà « If I Think » qui était plus lente. Oui, mais sur celle-ci on sent du Black Sabbath sur les bords.ST : Nous, on pensait faire du psychédélique. Mais bon, j’en sais rien. On avait plus de chansons que les 6 qu’on a sorties sur Superfuzz. On a choisi un groupe de chansons variées, tu vois. Selon nous ! (rires) Cette question était plutôt destinée à Mark Arm, puisque c’est lui qui écrit les paroles, mais ça parlait de quelque chose en particulier ?ST : Il ne saurait pas répondre non plus à cette question ! (rires)Non, je crois qu’il ne parlait pas de quelque chose en particulier, il cherchait à évoquer des images. Nos plus vieilles chansons sont un peu plus brutes. Je n’ai jamais vraiment eu une idée précise de ce dont parlait ce morceau. GM : Souvent, Mark écrit des choses et il y a des petits bouts d’histoires personnelles, comme ce vers sur « un ventre rempli d’ouzo » qui est lié à une expérience qu’il a vécue, une fois où il buvait de l’ouzo. ST : Ah oui. On aimait l’ouzo, à l’époque. Et on se bourrait bien la gueule avec. (Rires)GM : La chanson ne parle pas de ça ! On dirait l’autoportrait d’un mec effrayant, et je me demandais justement ce qu’il y avait d’effrayant à avoir « un ventre rempli d’ouzo » ?ST : (Rires) Rien ! Non, on n’est pas très effrayants. Même si on était jeunes et qu’on voulait être des rebelles...

lire la suite

Neil Young – Songs For Judy

Publié par le 8 décembre 2018 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Neil Young – Songs For Judy

Il est des artistes qui vous accompagnent tel un compagnon de voyage sur les chemins sinueux de votre vie. On s’approprie alors leurs chansons pour mieux nous relever ou profiter de notre bonheur. Malgré ma découverte tardive de son œuvre, le loner en fait partie.   Depuis plusieurs années il a la bonne idée de replonger dans ses archives pour nous faire découvrir ses trésors cachés. Après avoir dévoilé Hitchhiker, son album solo acoustique enregistré à Malibu en août 1976 et jamais édité avant l’année dernière, il sort de sa hotte en cette fin d’année un album live enregistré en novembre 1976. Il est alors en tournée éclair américaine avec le Crazy Horse, 12 villes en 24 jours et, appliquant le bon vieux dicton “on n’est jamais mieux servi que par soi-même”, il réalise lui-même ses premières parties en se présentant seul en acoustique avant de faire vrombir les décibels électriques de son cheval fou.   Ces premières parties seront enregistrées sur cassettes par Cameron Crowe et le photographe Joel Bernstein qui ont compilé les 22 meilleurs morceaux. Ces versions, connues des fans du Loner, se retrouvaient sous le manteau sur des cassettes pirates depuis 40 ans. Il était temps de les remasteriser et de les rendre publiques afin de découvrir ou redécouvrir ces morceaux à l’état brut en version live.   C’est un Neil bavard qui ouvre ce concert. Il raconte avoir croisé quelques heures avant Judy Garland, en robe rouge, d’où le titre et la pochette du disque. On retrouve bien évidemment des classiques de ses albums solos qui, en versions acoustiques, arracheraient une larme à Poutine (“After The Gold Rush”, “Tell Me Why”, “Mellow My Mind” au banjo et une surprenante version orgue/piano de “A Main Needs a Maid”), mais aussi “Mr Soul” qu’il jouait avec les Buffalo Springfield.   Il n’oublie pas son engagement en clamant “Even Richard Nixon has got soul” sur le refrain de “Campaigner” ou dédicaçant au fraichement élu Jimmy Carter “Here We Are In The Years”. On retrouve aussi de la session Hitchikker, inconnue alors du public, “Human Highway” et la magique “Pocahontas”, reprise 20 ans plus tard par Johnny Cash dans ses sessions American avec Rick Rubin, ainsi qu’un inédit “No One Seems To Know”.   Pour ceux qui connaissent déjà la magie d’écouter les versions lives de notre canadien préféré, pas de grandes nouveautés mais toujours un plaisir d’entendre son timbre si spécifique et sa voix à l’imperfection si émouvante qu’elle en devient parfaite. Pour les néophytes, ils entendront la face live acoustique de Neil et apprendrons que Harvest n’est pas son unique chef-d’œuvre avant de découvrir un jour, je l’espère pour eux, la face électrique de ce Dr Acoustic & Mr Electric qu’est le loner.   A l’approche de Noël, Neil Young nous glisse sous le sapin un fantastique cadeau dont il a le secret, à noter pour les collectionneurs de vinyles qu’ils devront attendre le 14 décembre pour se procurer la sacro-sainte galette.   Merci petit papa Neil.   Alain Dutertre LIRE LA CHRONIQUE DE PSYCHEDELIC PILL LIRE LA CHRONIQUE DE AFTER THE GOLD RUSH LIRE LE REPORT DU CONCERT AUX ARENES DE NIMES EN...

lire la suite

Au revoir et merci Pete Shelley (Buzzcocks)

Publié par le 7 décembre 2018 dans News | 0 commentaire

Au revoir et merci Pete Shelley (Buzzcocks)

Il était un des grands noms du punk anglais et il vient de nous quitter à l’âge de 63 ans. Pete Shelley, chanteur-guitariste des Buzzcocks, aurait succombé à une crise cardiaque jeudi 6 décembre. En 1976, il formait avec Howard Devoto les Buzzcocks à Manchester et participait ainsi à la vague punk anglaise, aux côtés des Sex Pistols et Clash, qui allait mettre un bon coup de latte dans la fourmilière rock et rebattre les cartes. Les Buzzcocks c’était l’urgence punk mêlée à l’efficacité pop de mélodies imparables, les Buzzcocks c’était des tubes à gogo, regroupés dans la formidable compil Singles Goin’ Steady revenant sur la période phare du groupe entre 77 et 79, où ils ont sorti 4 albums essentiels qui inspireront des générations entières. Après une séparation en 1981, le groupe s’était reformé 8 ans plus tard. Les Buzzcocks ont sorti leur dernier album, The Way, en 2014 et avaient célébré leurs 40 ans de carrière il y a deux ans au cours d’une grande tournée. RIP Pete Shelley Quelques classiques des...

lire la suite

The Beatles – The Beatles

Publié par le 6 décembre 2018 dans Chroniques, Incontournables, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 1 commentaire

The Beatles – The Beatles

Noël approche à grands pas et avec lui sa cohorte de rééditions, compilations, nouveaux packaging en tous genres pour nous faire cracher une fois de plus au bassinet. Et dans ce grand déballage mercantile, une perle, un pur chef d’œuvre des sixties élaboré par LE PLUS GRAND GROUPE POP de l’histoire de la musique contemporaine. Pas besoin de le citer, vous l’avez deviné il s’agit bien entendu des Beatles et la réédition qui fracasse tout est celle de The Beatles ou White Album ou Double Blanc chez nous les Frenchies. Pour ses 50 ans, le disque s’est offert un toilettage de première classe. Mené par Giles Martin, fils du producteur historique des Beatles, Georges Martin, décédé il y a quelques années. Et en cette période propice aux cadeaux, la nouvelle livraison de ce très fameux album blanc est quasi simultanée avec le concert donné par Sir Paul McCartney à Paris, dans le cadre de la tournée « Freshen Up », rafraichissante et nostalgique prestation d’un jeune homme de 76 ans entouré de fines lames. Mais j’y reviendrai plus tard. Concentrons-nous plutôt sur The Beatles. Ce disque donc, que contient-il ? Vous le trouverez dans de multiples versions incluant DVD, inédits, chutes de studio, version acoustiques, indispensables ou superfétatoires, c’est selon et votre point de vue sur les bonus est bien entendu subjectif et très personnel. Mais THE record itself, ce génial fourre-tout dans lequel on retrouve des chansons écrites par Lennon/Macca bien sûr, mais aussi quelques merveilles de Georges Harrison (“While My Guitar Gently Weeps”), et l’unique (et pas inoubliable) composition de Ringo « Don’t Pass Me By », il est comment vous demandez-vous. Et bien loin d’être une vulgaire compilation des chansons de chacun, comme cela est colporté depuis un demi-siècle, il s’agit d’un feu d’artifice, dont certaines fusées sont sidérantes de modernité. Le travail au niveau du son qui a été fait ici contribue à sa modernité farouche. Les guitares fusent, la basse claque, les cymbales frissonnent et nous avec. Et les voix ! Chant soit apaisé, murmuré ou rugissement de fauve, renforcé par les chœurs des trois autres. C’est juste hallucinant. On ne l’a peut-être pas assez dit, alors je l’écris ! Aujourd’hui les Beatles font partie du patrimoine de l’humanité et ont écrit un paquet de chansons gigantesques. On y va. Décryptage d’un patchwork de trente titres écrits durant leur séjour en Inde. Début de la fête avec l’atterrissage d’un Boeing (à l’époque Airbus n’existe pas encore…). Moteurs hurlants relayés par la batterie épileptique de Ringo, les guitares en fête et le piano bastringue martelé par Paul. Vous avez reconnu « Back In The USSR », mélodie démente, chant et harmonies vocales à tomber. 2’44 de bonheur, et l’avion se pose pour laisser John déclamer « Dear Prudence », d’une beauté renversante. C’est certain à l’époque tout cela paraissait presque normal pour eux et pour tous leurs fans. Tout ce qu’ils touchaient se transformait en or. Mais ce qui frappe encore aujourd’hui à l’écoute de ce disque, c’est la modernité des chansons et leur intemporalité. Suit l’excellent et cynique « Glass Onion » sur lequel un Lennon très agressif revient sur quelques histoires qu’il a contées, citant pêle-mêle « Lady Madonna », « I Am The Walrus », « Strawberry Fields Forever », « Fool On The Hill » qu’il faudrait peut-être revoir à travers un oignon de verre. A méditer. Vue l’ampleur du disque, je...

lire la suite

Interview – Cypress Hill

Publié par le 2 décembre 2018 dans Interviews, Non classé, Toutes les interviews | 0 commentaire

Interview – Cypress Hill

Pour être tout à fait honnêtes, on n’y croyait plus vraiment. On ne croyait plus Cypress Hill capable de nous offrir un album aussi consistant alors que Rise Up sorti il y a huit ans déjà, partait dans toutes les directions et rarement dans la bonne. Pour faire du bon Cypress, il fallait forcément que DJ Muggs soit de retour aux affaires, lui qui a façonné le son du groupe latino-américain et nous a gratifiés au fil des années d’instrus intemporelles. Quatorze ans plus tard, le voilà qui reprend enfin SA place, il nous tardait donc d’échanger avec lui à propos de ses retrouvailles avec Sen Dog et B-Real. Mais pour être tout à fait honnête là encore, on a bien cru que cette interview n’allait jamais se faire tant elle fut compliqué à mettre en place. Finalement, après des semaines de relance et d’échanges de mails infructueux pour caler un rendez-vous, Muggs a décroché le téléphone depuis sa demeure californienne. Et ce ne fut pas qu’une partie de plaisir avec un Muggs très peu coopératif rendant l’échange très tendu par moments. Entre deux réponses laconiques et remises en place, il a tout de même livré quelques réponses non dénuées d’intérêt. En toute honnêteté, c’était assez inespéré… “Le rock était bon jusqu’à Led Zeppelin, après ça tout est pourri. J’ai fait « (Rock) Superstar » pour me foutre de la gueule de tous ceux qui essayaient de rapper sur du rock, qui sont mauvais, pour leur montrer que c’est facile. Genre « qu’est ce que vous foutez, à part lécher des culs ? ».”   Vous avez tous été très occupés par vos différents projets ces dernières années, ça a dû te manquer de bosser avec B-Real et Sen Dog ! Oui c’est clair, j’étais vraiment très content de les retrouver pour de nouveau faire du Cypress Hill ! Comment ça s’est passé en studio ? Vous avez rapidement retrouvé vos marques ? C’était bien, c’était très bien. Vous êtes parvenus à vous montrer immédiatement productifs ? Je t’ai dit que c’était très bien. Bon… Il parait que le concept de l’album Elephants On Acid provient d’un de tes rêves. Tu peux nous en dire plus à ce sujet ? Je n’en serais pas capable… Mais si tu écoutes l’album, tu comprendras tout à propos de ce rêve. Mais tu te souviens toujours de tes rêves et il t’arrive souvent de t’en inspirer pour faire de la musique ? Oui je me souviens de tous mes rêves et parfois je m’en sers pour composer, parfois non. Ça dépend. Il y a beaucoup d’inspirations orientales sur ce disque. Comment as-tu développé cet intérêt pour ce type de musique ? Premièrement, ce sont des inspirations du Moyen-Orient et indiennes. Et ce n’est pas nouveau que je m’y intéresse, si tu écoutes ce que j’ai fait par le passé, j’ai toujours cherché à expérimenter et à aller fouiller dans ce types de sonorités. Tu t’es déjà rendu dans des pays de ces régions pour y rencontrer des musiciens locaux ? Non, je n’y suis jamais allé mais je vais essayer cette année. Tu as invité des musiciens égyptiens à enregistrer sur « Band Of Gypsies ». Comment les as-tu trouvés et comment s’est déroulée cette coopération ? Sur le site Craigs’s List sur internet. Ils te connaissaient déjà...

lire la suite

Pearl Jam – Vs.

Publié par le 1 décembre 2018 dans Chroniques, Incontournables, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

Pearl Jam – Vs.

Vous vous souvenez de la dépouille que vous aviez il y a 25 ans ? Bien sûr que vous vous en souvenez, on vous ressort souvent les photos devant votre mine déconfite et vous les planquez dès que possible, en espérant que plus personne ne remette la main dessus. Et le Billboard 200 (albums les plus vendus) il y a 25 ans, vous vous souvenez de la gueule qu’il avait ? On y trouvait en vrac (et, entre quelques merdes quand même, faut pas déconner) : Black Sunday de Cypress Hill, In Utero de Nirvana, Doggystyle de Snoop Dogg, Songs Of Faith And Devotion de Depeche Mode… et Vs. de Pearl Jam. Ne regardez pas le classement 2018, vous allez chialer. Une autre époque, clairement. En 1993 donc, Pearl Jam est au sommet de sa popularité mais pas au mieux dans les têtes. Comme Nirvana, le groupe inonde les ondes, est érigé en « nouvelles stars du rock », « dieux du grunge », Eddie Vedder en « voix d’une génération » et tout un tas de conneries difficiles à assumer quand on est jeunes immatures et qu’on a juste envie de faire de la musique avec ses potes (avec un peu d’ambition certes, on va y revenir). Blindé de tubes à entonner point levé, Ten les plaçait toutefois dans une bien inconfortable position. Ultra populaire auprès des kids, Pearl Jam était également raillé par une partie de la presse et des pontes de l’alternatif, Kurt Cobain en tête, qui leur chiait dessus dans les médias dès qu’il en avait l’occasion. Il est vrai que, tout réussi qu’il est, Ten s’appuyait sur une production bien clinquante et puisait davantage son inspiration dans le classic rock et le hard (FM diront les plus haineux) que le punk, chéris par Nirvana et Mudhoney. Un style de musique destiné à leur ouvrir les portes vers les plus grands stades au lieu des caves miteuses de Seattle. Pearl Jam est ambitieux et ne s’en cache pas. Des orientations qui auront d’ailleurs causé le split de Green River ; Gossard et Ament (futurs Pearl Jammeux) souhaitant devenir les nouveaux Jane’s Addiction, alors que Steve Turner et Mark Arm (futurs Mudhoniens) étaient entièrement dévolus à la cause punk. Une séparation, qu’aujourd’hui personne ne regrette, vu la suite de l’histoire… Eddie Vedder, n’en déplaise aux haters, est le plus punk de la bande. Il voue un culte aux Ramones, Dead Boys, Dead Moon et compagnie. Vivre à la fraiche, planche de surf sous le bras, le fait bien plus rêver que nager dans les biftons entouré de groupies en chaleur. Il digère ainsi très mal sa surexposition soudaine, et sombre dans la parano. Pearl Jam décide de couper les ponts avec la presse, de ne plus faire de clips… et de bosser sur un deuxième album, qu’il souhaite moins accessible que Ten. Porté par un besoin urgent d’en découdre, le groupe attaque pied au plancher avec deux titres faramineux (« Go » et « Animal ») pour ce qui reste à ce jour (et pour toujours, très certainement) la meilleure entame d’album possible de Pearl Jam (et de concert aussi, cf à Manchester en 2012… Et de l’histoire de la musique potentiellement, mais là je risque d’en perdre quelques-uns en route). Après une intro mémorable de Dave Abruzzese à la batterie et un riff qui fait...

lire la suite

Faith No More : bientôt un successeur à Sol Invictus ?

Publié par le 30 novembre 2018 dans News | 0 commentaire

Faith No More : bientôt un successeur à Sol Invictus ?

Il y a trois ans Faith No More mettait fin à un break de 18 ans avec l’excellent Sol Invictus. Il se pourrait bien que celui-ci ait un successeur prochainement. Roddy Bottom, le claviériste du groupe, a en effet déclaré dans une interview qu’il allait se rendre régulièrement à San Francisco pour composer de nouveaux morceaux et jouer de la musique avec les autres membres du groupe. D’après ses dires, Sol Invictus a été très compliqué à composer mais compte tenu du vécu du groupe, il reste confiant « Nous étions super jeunes, nous avions 18-19 ans quand nous avons commencé à faire de la musique, donc nous entrons dans la pièce et nous avons un langage fort et clair, au moins entre nous trois (Mike Bordin et Billy Gould, batteur et bassiste du groupe, NdR). Je veux dire, la direction à prendre est parfois source de débats, mais nous avons un langage commun, indéniable, comme au sein d’une famille. »  Jonathan Lopez   LIRE LA CHRONIQUE DE ANGEL...

lire la suite