Emma Ruth Rundle – Marked For Death

Publié par le 28 décembre 2016 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Sargent House, 2016)

(Sargent House, 2016)

Chanteuse et guitariste au sein des groupes Marriages et The Nocturnes, c’est en solo que nous retrouvons Emma Ruth Rundle qui nous offre avec son deuxième album Marked For Death un des disques les plus touchants de cette année 2016.

La chanteuse se livre à cœur ouvert comme en témoigne la pochette de son album. Un autoportrait en noir et blanc sans artifices. Seule. Vulnérable. Délaissée.

C’est dans un studio perdu dans le désert Californien qu’Emma a composé son album, isolée et livrée à elle-même pendant plusieurs semaines. De ce voyage en solitaire en est ressorti 8 chansons dont les principales thématiques sont l’autodestruction, la mort, la perte, la découverte de soi, les relations humaines difficiles, la spiritualité et l’amour. Les compositions sont envoûtantes et nous révèlent avec intimité une partie de la vie de la chanteuse sans tomber dans un cliché d’artiste dépressive et torturée. Loin de là.

L’aura de ce disque est écrasante, ponctuée par des guitares aux reverb sombres et insistantes. Un album aux titres poignants comme « Protection », « Furious Angel » et le refrain déchirant de « Real Big Sky » (“I don’t wanna be awake when it takes me / but I can’t wait to see you smile on the other side / I can’t wait to kiss the face of the big sky / I don’t wanna say ‘goodbye’ to you.”) qui très certainement vous poursuivra.

Des mélodies aux sonorités folk et shoegaze, délicates mais aussi dévastatrices à l’image du titre « Heaven ». La voix fragile d’Emma est accompagnée par une guitare acoustique sitôt rejointe par des percussions aux rythmiques presque militaires, nous entrainant avec elle vers un final explosif où son chant devient soudainement déterminé, nous sortant de cette mélancolie pour nous porter vers la luminosité. Au beau milieu de cette tristesse infinie, l’espoir est là.

Difficile de ne pas s’attacher à cette artiste après avoir entendu ce bouleversant Marked For Death.

 

ET

 

PS : pour la petite histoire, j’ai eu la chance d’échanger quelques mots avec elle lors de son passage à la Maroquinerie (Paris) en octobre dernier où elle jouait en première partie de Wovenhand. En plus d’être talentueuse, Emma est d’une gentillesse infinie. Une personne magnifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :