Drenge – Undertow (Infectious/PIAS)

Publié par le 10 mai 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

drengeDrenge revient avec un nouvel opus et c’est pas pour nous déplaire. Les deux frangins venus d’Angleterre s’étaient fait remarquer en 2013 avec un premier album brut de décoffrage.
On les attendait donc au tournant, à l’heure de passer au révélateur du fameux deuxième album. Il leur restait à peaufiner leur style et a confirmer leur talent, alors qu’en est-il de cet Undertow ?

Dans un premier temps on peut dire que le groupe sait toujours y faire dans le choix de ses illustrations d’albums, celle d’Undertow est assez angoissante et bien réalisée.
Reste à analyser le contenu. 11 titres dont une intro dispensable avant d’attaquer sévère avec « Running Wild », une composition où Eoin et Rory balancent tout ce qu’ils ont dans le ventre, comme s’ils avaient été privés de jouer pendant un bon moment. S’en suit un « Never Awake » dans le même esprit, un soupçon plus mélodieux.
Du Drenge comme on l’aime, mais sans grande surprise pour le moment.

N’allons pas trop vite en besogne… C’est avec un bon vieux Rock’n’Roll saucé à leur goût (« We Can Do What We Want ») qu’ils viennent nous surprendre de belle manière. Un titre virulent. A noter que la basse fait son apparition sur quelques morceaux leur donnant plus d’ampleur. Les fauves sont lâchés, définitivement libérés et prêts à tout exploser sur leur passage. et voilà que « Favorite Son » fait rage.

Si les deux anglais semblent chercher leurs inspirations essentiellement du côté des States, il n’en n’oublient pas pour autant leur contrée natale. « The Woods » en est la preuve parfaite, une mélodie pop efficace qui aurait pu être choisie comme single à cet album. Les compositions sont épurées, soignées, sans fioritures ni mauvais goût, même l’instrumentale « Undertow » fait son petit effet.

On ne tombe pas à la renverse à l’écoute de cet Undertow, mais on salue là un bien bel album, bourré d’énergie, varié, que Drenge a livré avec envie. Et si leur style peine à vraiment s’affirmer avec le temps, ils parviennent toutefois à délivrer une musique qui leur est propre, et finalement reconnaissable en partie grâce au chant planant d’Eoin.

Ce groupe monte en puissance et est donc à surveiller de très près. Ils puisent leurs influences de toutes parts et propose un condensé de l’histoire du rock entre garage, grunge, pop, noise ou punk, le tout parsemé de riffs bien lourds. Undertow offre une flopée de bons titres qui viendront enrichir leurs setlists.

JR

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :