DIIV – Is The Is Are (Captured Tracks)

Publié par le 31 janvier 2016 dans Chroniques | 0 commentaire

DIIV_-_Is_the_Is_AreIs The Is Are fait partie de ces albums qu’on a envie de prendre avec soi pour une virée nocturne en bagnole. Composé de 17 morceaux, cet album est long, ce qui nous permet d’entreprendre une virée d’une bonne heure vers des directions lumineuses et mélodieuses au beau milieu des années 80.

Le chanteur et producteur de l’album Zachary Cole Smith nous propose quatre ans après la sortie de l’excellent Oshin un deuxième album aux tonalités new wave/dream pop très agréable à l’écoute.

DIIV a su conserver ce que les eighties avaient de meilleur, un son planant nous portant vers les plus hauts sommets soutenu par une rythmique impeccable.

Le titre d’ouverture « Out of Mind » nous montre le chemin à suivre et c’est sur un riff de guitare cristallin et aérien que nous nous mettons en route. « Under the Sun », single dévoilé par le groupe fin 2015, est tout aussi efficace. « Bent (Roi’s Song) » nous offre une escale très plaisante flirtant délicatement avec le shoegaze. Un style que nous retrouverons sur « Mire (Grant’s song) » nous entraînant au beau milieu d’une magnifique route embrumée où l’obscurité est plus belle que jamais.

Les lignes de basse de Devin Ruben Perez, mélodieuses et entêtantes, rappellent indéniablement celles de Simon Gallup (The Cure). On ne peut s’empêcher de trouver beaucoup de similitudes durant l’écoute de l’album avec ceux du groupe de Robert Smith période Kiss me Kiss me Kiss Me et Disintegration. Bien que les deux chanteurs portent le même nom, et qu’il est clair que Zachary Cole Smith a dû être fortement influencé par The Cure, leur style de chant n’a rien en commun.

Sur « Valentine », le chant nonchalant de Zachary Cole Smith est néanmoins plein de finesse. Ce titre est l’un des meilleurs que nous propose DIIV sur ce nouvel album. Encore une fois les riffs de guitare nous imprègnent immédiatement. Pas facile de s’en défaire après écoute. La mélancolique « Take Your Time », autre pépite, est tout aussi captivante. Sky Ferreira, alias Madame Zachary Cole Smith, pose sa voix sur « Blue Boredom (Sky’s Song) », un titre cold wave aux intonations pouvant étrangement rappeler Sonic Youth.

Le dernier morceau de l’album « Waste of Breath » met fin au voyage. La voix trainante de Smith entre parfaitement en alchimie avec une ligne de basse ténébreuse et un superbe riff de guitare viendra peaufiner le tout. Les deux interludes « Fuck » et « Napa » n’étaient quand à elles pas forcément nécessaires…

Beaucoup de belles surprise se dissimulent dans ce long album qui manque un poil de diversité. Lors d’une première écoute, certains morceaux peuvent sembler répétitifs. Il retient néanmoins toute notre attention en ce début d’année grace à ses mélodies captivantes qui feront de ce Is The Is Are un excellent compagnon de route.

ET

Album disponible le 5 février 2015 chez Captured Tracks.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :