Dans le bac d’occaz’ #28 : Prince, Guided By Voices, Arcade Fire

Publié par le 8 juillet 2018 dans Le bac d'occaz | 0 commentaire

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*

Dans le bac d’occaz’ #28 : suggestions pour les années en 4

 

Prince And The Revolution – Purple Rain (1984) : suggéré par PC

Cher PC,

Comment dire… je suis un peu partagé. Déjà, je connais évidemment Prince depuis un moment et j’en ai entendu pas mal de titres qui m’ont tous déplu. Ensuite, tu connais mon aversion pour les années 80 et leurs sons synthétiques qui ont très, très mal vieilli. Du coup, je me suis demandé si cette proposition n’était pas un acte sadique de ta part. Ou alors, c’est que ce qu’il y a sur le disque dépasse les frontières du mauvais goût pour arriver à faire quelque chose de génial avec plein de choses que je n’aime pas. Difficile de savoir à quoi m’attendre.

Au final, donc, je suis un peu partagé. En fait, il y a un peu des deux, dessus. On y trouve à foison de synthés dégueux et de plan archi clichés de l’époque et ce dès l’ouverture du disque. Mais en même temps, les morceaux sont globalement plutôt bien foutus et on y trouve souvent au minimum une mélodie accrocheuse ou un plan intéressant. Il y a même des morceaux que j’apprécie, et pour du Prince, c’est assez exceptionnel. D’une part, donc, c’est la première fois que j’écoute un truc de Prince et que je ne trouve pas ça éprouvant auditivement. D’autre part, il y a quand même les aspects 80s qui viennent plomber mon délire, et la face B du disque me laisse assez froid (les trois compos avant “Purple Rain” se mélangent un peu dans ma tête, et cette dernière est quand même un summum de mièvrerie power ballad).

Je pourrais presque dire que c’est une belle surprise, mais disons que c’est déjà une surprise pas trop moche.

 

Guided By Voices – Bee Thousand (1994) : suggéré par Santiago de Wonderflu

Cher Santiago,

Comme toujours, sauf la fois où tu m’as conseillé du Iron Maiden, tu sais trouver des choses qui me plaisent. Pourquoi n’avais-je jamais écouté Guided By Voices avec attention avant alors qu’ils ont été repris par les Breeders et que le backing band de Robert Pollard compose Cobra Verde et donc la moitié de Sweet Apple, trois groupes pour qui j’ai beaucoup d’affection ? Je crois que ce qui me faisait peur, c’était la discographie gargantuesque et le nombre tout aussi gargantuesque de morceaux par disque. Merci de m’avoir donné une occasion de passer le pas.

Bon, il y a beaucoup de morceaux sur ce disque, une vingtaine, mais peu dépassent les 2 minutes, ce qui donne à l’ensemble une durée raisonnable. Et surtout, tout est tellement cool ! La production lo-fi évoquera évidemment Sebadoh, un autre groupe pour lequel j’ai beaucoup d’affection, et les deux groupes partagent aussi un goût du plaisir simple et de la pure mélodie. J’affublerais Guided By Voices d’une petite touche d’inspiration pop 60s supplémentaire pour les différencier l’un de l’autre, mais ce n’est pas vraiment un défaut. Du coup, l’ensemble s’écoute avec un plaisir certain et, mieux, tous les morceaux, même les petits bouts de machin de moins d’une minute, ont un quelque chose d’accrocheur. On n’a jamais l’impression de se farcir des chutes d’idées non développées comme sur Pink Flag de Wire, par exemple.

Le seul bémol, c’est que quel que soit le talent de Robert Pollard, et ce disque me prouve qu’il est massif, 20 chansons d’un même artiste finissent forcément par se mélanger un peu et à conférer à l’ensemble une forme de répétitivité. Bémol très léger, parce que quand le plaisir est là, peu importe qu’il soit répétitif.
Encore merci !

Arcade Fire – Funeral (2004) : suggéré par JL

Cher JL,

Bwouarf. Arcade Fire. Comment dire ? Je savais que je trouvais ça sans intérêt en live, pour les avoir vus à l’époque de Funeral, justement, je savais que je détestais leurs albums récents, je savais que Funeral m’avait laissé de marbre à la première écoute. Ai-je appris quelque chose que je ne savais pas à l’écoute de ce disque ? Ce n’est pas mauvais à proprement parler, on peut même apprécier ce côté pop arty pompeuse richement orchestrée, c’est plutôt bien fait, mais franchement… ce n’est tellement pas mon truc. Je ne sais pas si c’est trop FM pour moi, j’aime bien des trucs très radiophoniques, ou trop ampoulé pour moi, un peu comme les Fiery Furnaces mais sans les mélodies qui déboitent. Je ne peux pas dire non plus, comme pour les Stone Roses, qu’il s’agit d’une arnaque pour fan de rock indé, le groupe propose exactement ce à quoi on s’attend et est très correct dans son registre. Mais ce n’est pas un registre qui me plait. Voilà, rien à dire de plus. Je préfère quand tu me fais découvrir du hip hop.

 

Blackcondorguy

*Rendons à César ce qui lui appartient, cette rubrique a été fortement inspirée – ou littéralement pompée, c’est selon – par l’initiative d’un certain Machete83 sur le passionnant forum de l’indispensable site/bible du rock indé xsilence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :