DAAU – Hineininterpretierung

Publié par le 8 octobre 2017 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Radical Duke, L’autre Distribution, 2017)

Que c’est beau l’allemand ! Pourtant je ne l’ai pris ni en option 2e ou 3e langue, je n’y comprends strictement rien et quand on décompose l’acronyme de DAAU (Die Anarchistische Abendunterhaltung!), c’est pas vraiment le premier qualificatif qui nous vient à l’esprit.

Mais à l’écoute de ce nouveau disque de DAAU en forme de compilation revisitée (par Rudy Trouvé, ex-guitariste de dEUS), idéale pour pénétrer l’univers singulier du groupe, pas de doute : c’est beau l’allemand.

Qu’il n’y ait pas de méprise, DAAU, n’est pas un groupe allemand mais belge (comme dEUS…), il célèbre aujourd’hui ses 25 ans de carrière et si le nom vous dit quelque chose c’est peut-être pour ses collaborations avec EZ3kiel, avec qui ils ont notamment partagé l’affiche sur la monumentale tournée Versus Tour en 2004.

Un groupe avec qui ils partagent quelques points communs : un goût pour l’expérimentation, un rejet des frontières, une volonté d’explorer tous azimuts. DAAU c’est la rencontre du passé et du futur, d’instruments ancestraux et d’arrangements modernes, du jazz, de la musique classique, du rock, de subtiles touches électroniques, le tout se côtoyant joliment sans jamais s’apparenter à un affrontement (la merveilleuse « Red » en atteste à la perfection). Et pour l’auditeur, un tant soit peu curieux et ouvert d’esprit, c’est du bonheur.

S’égarer en se laissant guider au gré d’une flûte (« Rabbit Eye Movement »), suivre la guillerette mais belliqueuse « Drieslagstelsel I », être charmé par l’étrange conte (en français) « Orange », savourer l’apaisante « Lounja La Gazelle », redouter l’agression d’une basse offensive, aussitôt contrebalancée par une flûte enchanteresse (« Delete Alt And Undo »), se rappeler que l’accordéon ça peut être vachement cool quand c’est pas Ivette Horner qui le tient dans ses mains « Drieslagstelsel II », se délecter d’un savoureux « Gin & Tonic », se prendre une petite averse et préférer en sourire (« Rain Song » et sa touche dub), faire un merveilleux périple entre trois destinations, pourtant pas très exotiques (« Berlin-Devanter-Antwerpen »)…

En bref, vivre la musique comme une aventure, une expérience. Et avec DAAU vous avez trouvé le meilleur guide de voyage.

JL

DAAU sera en concert au Petit Bain (Paris) le 2 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :