Bärlin – Emerald Sky (Vailloline)

Publié par le 20 juin 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

barlinVous aussi, ça vous énerve cette manie qu’ont les gens à toujours vouloir tout classer dans des cases, à estampiller d’une étiquette forcément réductrice ?

En musique c’est pareil, les genres ne suffisant pas, il a fallu créer des sous-genres pour y insérer les groupes afin que l’individu lambda puisse s’y retrouver. A l’écoute de cet Emerald Sky on sourit d’avance aux casse-têtes qu’ont dû éprouver/qu’éprouveront les « classeurs » en chef.

Qu’est-ce donc que cette chose-là ? La formation n’est déjà pas des plus banales : une batterie, une basse, une clarinette. Un chant atypique, parfois deux, voire même trois. Semblant s’exprimer dans un langage qui lui est propre.

Le nom, Bärlin, renvoie irrémédiablement (et volontairement) à une certaine ville allemande qui a eu (et a toujours) un sacré impact sur le monde de la musique… Les données étant clarifiées (si tant est qu’elles soient clarifiables), que nous dit la musique de Bärlin ?

Elle nous invite à fermer les yeux et à nous laisser guider dans un bien mystérieux voyage. Un voyage où la quiétude est toute relative, où les regards interdits se dessinent progressivement sur nos visages, ne comprenant pas bien à quelle sauce on est en train d’être mangé. Serions-nous dans les rades du vieux Berlin ? Pas impossible. A moins que l’on soit dans la peau de ce renard en proie à des menaces indicibles, devant fuir l’obstacle dans cette forêt mystérieuse et intimidante ? Rien n’est moins sûr.

Mais l’essentiel est ailleurs.

La seule certitude, c’est qu’on est ici face à une musique inclassable (range-moi donc ton étiquette on t’a dit), aussi intrigante que fascinante. On s’y sent constamment sur le qui-vive, comme guidé par de vieux chamans très aguicheurs mais au demeurant très inquiétants. Et cette clarinette ensorceleuse ne nous aide pas à nous détacher de l’emprise.

Aie confiance, nous chuchotent-ils. Et ils ont raison. On se doit d’avoir confiance, car l’épopée est unique en son genre.

Il est important de rendre justice à cette oeuvre, de ne pas se livrer à une chronique bête et méchante, à citer tel ou tel morceau, pour les sensations qu’il procure, à décrire leur construction. Ne pas chercher à étiqueter, ne pas se mettre en quête d’une éventuelle comparaison hasardeuse, Bärlin suggère une autre lecture, pousse à oublier tous préjugés, à balancer aux orties les a priori. Alors il suffit d’y aller, subir pour mieux appréhender, puis se livrer sans compter.

Apprécier Emerald Sky tel qu’il s’offre à nous, dans son intégralité, tout sens en éveil, simplement profiter de cette symphonie occupant un si grand espace, d’une profondeur insoupçonnée.

 

JL

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :