Tops albums 2019 par LANE, Pamplemousse, The Psychotic Monks et Ventura

Tops albums 2019 par LANE, Pamplemousse, The Psychotic Monks et Ventura

Chaque année, après les tops albums de la rédaction et ceux détaillés des rédacteurs, nous donnons la parole à des artistes dont les albums ont été plébiscités pour qu’ils évoquent à leur tour leurs disques de l’année. Pour 2019, place aux tops de LANE, auteurs d’un premier album terriblement accrocheur, les réunionnais de Pamplemousse responsables du très percutant High Strung, The Psychotic Monks qui nous aura fasciné avec Private Meaning First et Ventura dont le sublime Ad Matres n’est autre que notre album de l’année. Le top de LANE Camille Belin (batteur) Sebadoh – Act Surprised (chronique) 6 ans après le superbe Defend Yourself, ce très joli disque, peut-être plus inégal dans l’ensemble (15 titres en même temps…), mais qui transpire la sincérité. Ces mélodies avec ce son, c’est rare. Et oui, le dernier titre “Reykjavik” mérite à lui seul l’achat du disque ! Etienne Belin (guitare) Torche – Admission (chronique) Groupe que je suis depuis longtemps maintenant… Toujours très lourd dans le son et très pop dans les mélodies… Et ce nouvel album ne déroge pas à la règle ! Pressé de voir en live (mars 2020 en France) Piwaï Sourice (basse) Nick Cave and The Bad Seeds – Ghosteen (chronique) Aussi beau, aussi émouvant, aussi torturé qu’un autoportrait d’Egon Schiele (j’aurais pu écrire dans Rock & Folk moi !) Eric Sourice (guitare-chant) Foggy Bottom – Une Histoire à L’envers Parce que c’est le plus grand disque de pop noisy depuis le dernier plus grand disque de pop noisy du monde. Félix Sourice (guitare) Lysistrata – Breathe In/Out (chronique) Le premier album était déjà de très haut niveau, le second l’est encore plus. Des mélodies incroyables et des morceaux émouvants et torturés. Le morceau “End Of The Line” est magnifique et “Different Creatures” extrêmement puissant et prenant. On a eu la chance de jouer avec eux, leur live est de très très haut niveau ! Le top de Pamplemousse 1/ Girl Band – The Talkies Le groupe qui te nettoie la rate et dont les albums ne déçoivent jamais. 2/ The Black Lung – Sick Le meilleur groupe de garage punk sud africain avec les Make-Overs. 3/ Bambis – Love Is Back Parce que des groupes pas surproduits et qui ont la patate, ça fait du bien ! 4/ Fat White Family – Serfs Up Découvert grâce aux potes de Miraflores. On aime leur coté décalé et leur liberté de création. 5/ Big Thief – Two Hands (chronique) Découvert par hasard dans une playlist, captivé par l’ambiance fragile et apaisante. Le top de The Psychotic Monks Girl Band – The Talkies Black Midi – Schlagenheim Nick Cave & The Bad Seeds – Ghosteen (chronique) Swans – leaving meaning....

Lire la suite

Tops albums 2019 des rédacteurs

Tops albums 2019 des rédacteurs

Après les tops de la décennie et le classement général du top 2019 (ainsi que sa playlist gargantuesque), voici ceux sans qui vous ne seriez rien : les tops détaillés et éclairés (et commentés même, parfois) de chacun des rédacteurs. 2019 est (bientôt) mort, vive 2020 ! Blackcondorguy 10/ Mikal Cronin – Seeker (chronique) J’ai un peu honte d’aimer autant un disque de la scène Ty Segall. Du coup, je le mets dernier pour sauver l’honneur. Mais c’est quand même très bien. 9/ Starcrawler – Devour You Un groupe qui en rappellera quelques autres, mais qui le fait tellement bien que c’est difficile de ne pas prendre son pied. Dédicace aux mecs de Kim Jong 4 ! (ça fait quoi d’écouter du rock 90s ?) 8/ Mudhoney – Morning In America EP (chronique) Si c’était un album, il serait dans le top 3, mais ce n’est qu’un EP. Dommage. 7/ Lemonheads – Varshons 2 (chronique) Un disque de reprise, c’est vrai, mais tellement chouette et intimiste. Et puis je craque toujours sur la voix du bel Evan (tant qu’il ne se met pas à faire de la musique à synthés comme d’autres chanteurs à la voix irrésistible !) 6/ Shannon Lay – August (chronique) C’est beau. 5/ Corbier – Jours De Blues (chronique) Un bel adieu mais un disque qui fout le cafard quand même. Chapeau, l’artiste ! 4/ Redd Kross – Beyond The Door (chronique) Un disque qui a su me convaincre de ne plus passer à côté d’un groupe que tout me dit d’écouter. 3/ That Dog. – Old LP (chronique) C’est déjà fort de revenir après une longue absence avec un album vraiment cool, ça l’est encore plus si l’album se place dans les meilleurs du groupe. Un disque qui risque de me hanter longtemps. 2/ The Muffs – No Holiday Trop satisfait par l’album et trop triste par son contexte pour ne pas le mettre dans le top 3. Le mettre premier aurait été plus pour l’hommage à Kim Shattuck que parce que je le trouve meilleur que tous les autres. Mais c’est quand même l’hommage qui le fait passer avant le That Dog…. 1/ Sebadoh – Act Surprised (chronique) Sebadoh est un groupe top, et cet album est au top. Sebadoh pas au top est toujours dans mon top, alors Sebadoh au top est forcément au top de mon top. Alain Dutertre 10/ Last Train – The Big Picture (chronique) Les influences des Last Train sont prégnantes sur chacun de leurs titres mais l’ensemble forme toutefois un album solide et cohérent. 9/ Nick Cave & The Bad Seeds – Ghosteen(chronique) Difficile d’accès, déroutant, surprenant mais captivant et émouvant, le dernier Nick Cave & The...

Lire la suite

Top albums et playlist 2019

Top albums et playlist 2019

Avant de mettre votre foie à rude épreuve, voici déjà de quoi vous gaver de bonne musique avec le top albums 2019 de la rédaction ainsi qu’une playlist de plus de 5 heures pour votre nouvel an (quand les beaufs dormiront après avoir tout donné sur “Les lacs du Connemara”). Le top détaillé des rédacteurs à suivre très prochainement. 20/ Pile – Green And Gray (chronique) 20/ Cave In – Final Transmission (chronique) 19/ Pamplemousse – High Strung (chronique) 18/ Big Thief – Two Hands (chronique) 17/ Cult of Luna – A Dawn To Fear 16/ Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking (chronique) 15/ Sebadoh – Act Surprised (chronique) 14/ Big Thief – U.F.O.F. (chronique) 13/ Last Train – The Big Picture (chronique) 11/ Fontaines D.C. – Dogrel (chronique) 11/ DIIV – Deceiver (chronique) 10/ Kate Tempest – The Book Of Traps And Lessons (chronique) 9/ The Young Gods – Data Mirage Tangram (chronique) 8/ The Psychotic Monks – Private Meaning First (chronique) 7/ LANE – A Shiny Day (chronique) 6/ Chelsea Wolfe – Birth Of Violence (chronique) 5/ Thom Yorke – Anima (chronique) 4/ Mikal Cronin – Seeker (chronique) 3/ Tool – Fear Inoculum (chronique) 2/ Nick Cave & The Bad Seeds – Ghosteen (chronique) 1/ Ventura – Ad Matres (chronique) Et voilà du son : Tous nos tops albums depuis 2013 Les tops albums de la...

Lire la suite

Tops albums de la décennie

Tops albums de la décennie

La grand-messe habituelle va pouvoir débuter. Et cette année, double ration pour tout le monde, avec un top décennie. Ce top of the tops a une valeur particulière à nos yeux puisque le site a vu le jour fin 2012. Ainsi, les disques sélectionnés ici reflètent assez fidèlement notre ligne éditoriale et sont également un bon moyen de se remémorer le chemin parcouru. Une chose est sûre, chacun d’entre nous a bouffé des heures et des heures de musique lors de cette décennie qui touche à sa fin, riche en révélations, en confirmations ou même en déceptions et à l’heure du grand tri, les choix se sont révélés plus difficiles que jamais à faire… Voici les vingt albums qui ont recueilli le plus de suffrages suivi des tops détaillés de huit rédacteurs (commentaires à l’appui, parfois) et tout en bas, après 4h de scroll, une playlist de 150 morceaux ! 17/ King Gizzard & The Lizard Wizard – Polygondwanaland (2017) (chronique) 17/ The War on Drugs – Lost In The Dream (2014) 17/ The X-Ray Harpoons – Get Attuned To My Tyme (2014) 17/ Mark Kozelek – Live At Phoenix Public House Melbourne (2013) 16/ Faith No More – Sol Invictus (2015) (chronique) 15/ David Bowie – Blackstar (2016) (chronique) 14/ Deftones – Koi No Yokan (2012) (chronique) 12/ King Gizzard & The Lizard Wizard – I’m In Your Mind Fuzz (2014) 12/ Gallon Drunk – The Soul Of The Hour (2014)(chronique) 11/ Ty Segall – Manipulator (2014) (chronique) 10/ PJ Harvey – Let England Shake (2011) 9/ The Breeders – All Nerve (2018) (chronique) 8/ Tool – Fear Inoculum (2019) (chronique) 7/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique) 6/ Shannon Wright – Division (2017) (chronique) 5/ Dinosaur Jr. – I Bet On Sky (2012) (chronique) 4/ Mark Lanegan Band – Blues Funeral (2012) (chronique) 3/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique) 2/ Ventura – Ultima Necat (2013) (chronique) 1/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013) Blackcondorguy 10/ Sebadoh – Defend Yourself Trop bien 9/ J Mascis – Tied To A Star Trop bien 8/ Lou Barlow – Apocalypse Fetish Trop bien 7/ Sebadoh – Secret EP Trop Bien 6/ Lou Barlow – Brace The Waves Trop bien 5/ J Mascis – Elastic Days Trop trop bien 4/ Sebadoh – Act Surprised Trop trop bien 3/ J Mascis – Several Shades Of Why Trop trop bien 1/ Dinosaur Jr – I Bet On Sky/Give A Glimpse Of What Yer Not TROP trop bien Non, je déconne… 20/ That Dog. – Old LP (2019) Encore trop tôt pour le dire, mais il se pourrait que ce disque me suive un bout de temps....

Lire la suite

Pitchfork Music Festival Paris, du 31/10 au 02/11/19

Pitchfork Music Festival Paris, du 31/10 au 02/11/19

Référence incontournable de la presse musicale anglo-saxonne, Pitchfork qui s’autoproclame “the most trusted voice in music” faisait autrefois la pluie et le beau temps dans le petit monde de l’indie rock. Capable de faire et défaire de nombreux groupes du genre, Pitchfork a bien changé depuis les années 90. Et aujourd’hui, le festival qui se tient tous les ans à Paris est à l’image du média : très tourné vers les “musiques actuelles”, à savoir le hip hop/rnb et la musique électronique (il n’y a qu’à voir leur top de la décennie pour s’en convaincre)… mais avec encore un œil sur le rock indépendant. Les trois jours du festival étaient ainsi axés chacun sur l’un de ces trois genres. Avec toujours un souci d’exigence certain et, forcément, de beaux moments à la clé. Jeudi 31 octobre © Neige Bousson S’il y a bien un groupe sur lequel il fallait s’attarder en ce premier jour de festival, c’est bien Yussef Dayes. Batteur et percussionniste de talent, Yussef Dayes a décidé de se lancer “en solo” après de belles collaborations, notamment aux côtés de United Vibrations et Yussef Kamaal. Présenté par beaucoup comme le renouveau du jazz, il fait preuve en effet d’un groove impeccable et enivrant sublimé par le producteur Alfa Mist, le bassiste Rocco Palladino et le guitariste Mansur Brown. Un sens du rythme bluffant (s’inspirant des tonalités et rythmes jazz des années 70, de la bossa nova et même du dubstep) et une prestation envoûtante, un véritable coup de cœur ! On ne peut pas en dire autant de Hamza, visiblement content d’être là mais peut-être pas suffisamment mûr pour la scène. Déception également du côté d’Ateyaba, très peu impliqué, sans doute pas tout à fait sobre (doux euphémisme) et adepte du playback… La tête d’affiche du jour, Skepta, aura en revanche parfaitement tenu son rang en déployant une énergie impressionnante et une technique irréprochable, suscitant quantité de pogos dans une foule qui n’avait d’yeux et d’oreilles que pour lui. Jonathan Lopez, Neige Bousson & Melina Ferrante-Giovannoni Vendredi 1er novembre Deux très gros morceaux nous attendaient lors de la “soirée rock” avec d’abord Primal Scream à 20h pile. Les lumières s’éteignent sur une grande salle curieusement à moitié vide, lorsque Bobby Gillespie débarque dans un costume rose fuchsia à faire pâlir Jarvis Cocker, pour un set de 40 minutes de tubes. Petit concert donc petite formation, mais même à 4, les Primal Scream partent au combat comme s’il allaient jouer deux heures à Hyde Park. Bobby saute, Bobby danse, Bobby fait du tambourin et Bobby fait un parcours sans faute sauf lorsqu’il tend son micro à la foule qui y met autant de bonnes volonté qu’un banc de...

Lire la suite