PLAYLIST – Nirvana, l’anti best of

PLAYLIST – Nirvana, l’anti best of

© Charles Peterson Voilà 25 ans qu’on nous rebat les oreilles avec le suicide de Kurt Cobain et il est fort probable, du moins si vous avez de la chance et un minimum de bon goût, que vous ayez écouté au moins 25 fois les 4 albums de Nirvana (on n’est pas radin chez Exitmusik, on considère Incesticide comme un album). Il n’empêche que, trop entendus ou non, Kurt Cobain a composé de son vivant un nombre impressionnant de titres pas piqués des hannetons (on n’est pas radin chez Exitmusik, on ressort les expressions de mémé pour tous ceux qui les aiment ou qui voudraient les remettre à la mode). On vous a donc concocté une petite playlist des titres de Nirvana que vous avez peut-être moins écoutés que les autres mais qui défoncent tout quand même. Et c’est cadeau, on n’est pas radin chez Exitmusik… Blackcondorguy ÉCOUTEZ LA PLAYLIST DES 30 ANS DE SUB POP LIRE LA CHRONIQUE DE NEVERMIND LIRE LA CHRONIQUE DE IN UTERO LIRE LA CHRONIQUE DU MTV...

Lire la suite

The Lemonheads @ Gibus (Paris), 10/03/19

The Lemonheads @ Gibus (Paris), 10/03/19

© Philippe Midy Ça aurait pu être le concert de l’année. En arrivant malheureusement un peu trop tard pour voir le début de la prestation de Karl Larsson de Last Days of April, j’entends dès ma descente des marches qui donnent l’accès au Gibus, dans une ruelle isolée de la rue du Faubourg du Temple, une guitare douce et chaleureuse. Hormis le contraste flagrant entre le décor et la musique, je suis surtout pris d’une hésitation ; serais-je arrivé plus tard que je ne le croyais, tant cette guitare m’évoque celle d’Evan Dando dans ses phases acoustiques ? Heureusement, la voix lève mes doutes, il s’agit bien d’un autre artiste. Néanmoins, la cohérence de la programmation est évidente, on ne peut donc être ni dépaysé, ni déçu, lorsque comme moi on découvre Larsson dans ce contexte et cette configuration. © Philippe Midy Ceci dit, c’est bien pour le groupe de Boston que je me suis déplacé, et si la première partie remplit parfaitement son office, je suis impatient de retrouver les Lemonheads qui n’avaient pas joué en France en groupe depuis 2012. Et qui m’avaient un peu laissés sur ma faim, d’ailleurs, puisque le concert s’était terminé de façon abrupte, sans rappel ni explication, car Dando “ne se sentait pas bien” selon le batteur à qui j’avais posé la question pendant qu’il rangeait son matos. Là, ça débute très bien ; le chanteur prend sa guitare acoustique et s’installe avec Larsson pour entamer une reprise (magnifiquement interprétée) de Last Days Of April. Puis le groupe se joint à eux pour enchainer sur une version électrique, cette fois, de “Down About It”. Alors s’enchainent les titres du groupe, tous excellents, et les reprises, qui ne dépareillent pas vraiment. L’interprétation est sans faille, l’ambiance alterne entre ballades, country électrifiée, pur indie rock et punk sans jamais se déparer de l’identité propre des Lemonheads. C’est vraiment la marque d’un grand groupe, et chaque morceau nous rappelle combien leur répertoire est riche en tueries. Avec tout ça, pourquoi le conditionnel passé de ma phrase d’introduction ? Et bien, c’est tout le côté frustrant de ce concert. Après un tonitruant “Stove” en groupe et un très touchant “The Outdoor Type” acoustique simplement accompagné de Chris Brokaw (car oui, ce concert était l’occasion de voir deux légendes de l’indie rock des années 90), Dando quitte la scène et un public bouillonnant avec un discret “thank you” pour ne jamais revenir. Et qu’on soit bien clairs, j’étais ravi d’entendre les 21 morceaux qui ont été joués ce soir, et je peux comprendre qu’une tournée de 3 semaines, dont c’était la dernière date, est éprouvante, qu’on puisse se sentir fatigué même quand on est une légende de...

Lire la suite

PLAYLIST – Sebadoh en 20 morceaux

PLAYLIST – Sebadoh en 20 morceaux

Sebadoh, c’est 30 ans de rock lo-fi qui fait le grand écart entre l’intimiste déchirant et le bruit déjanté, porté par trois compositeurs (même si l’un des trois a lâché le groupe il y a bien longtemps) qui écrivent chacun une musique totalement personnelle, une tambouille qui se fait presque chacun dans son coin et produit au final un répertoire de morceaux qui se retrouvent dans le haut du panier en termes de musique rock au sens large. Pour célébrer cette longévité et patienter un peu avant la sortie imminente de leur nouvel album, nous nous sommes lancés dans la lourde tâche de ne retenir que 20 titres de leur excellente discographie. LIRE LA CHRONIQUE DE DEFEND YOURSELF LIRE LA CHRONIQUE DE LOU BARLOW – BRACE THE WAVE LIRE LE REPORT DU CONCERT DE LOU BARLOW AU POINT EPHEMERE EN 2015 ECOUTEZ LA PLAYLIST DES 30 ANS DE SUB...

Lire la suite

Dans le Bac d’occaz #32 : Death, Fu Manchu, Black Rebel Motorcycle Club

Dans le Bac d’occaz #32 : Death, Fu Manchu, Black Rebel Motorcycle Club

Chaque mois Blackcondorguy plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Le bac d’occaz vit toutefois ses dernières heures, BCG a encore quelques écoutes pré-sélectionnées à écouter (et donc quelques articles à publier à doses homéopathiques), et c’en sera fini de la meilleure rubrique de l’histoire. Dans le Bac d’occaz #32 – Les années en 7 (2e partie) Death – Scream Bloody Gore (1987) : suggéré par Cyprien Cher Cyprien, Je ne voudrais pas dire du mal de tes goûts musicaux, alors commençons par là : Death est un groupe historiquement intéressant car le premier à faire du Death Metal (jusque-là, c’est cohérent), techniquement très bon et avec un style qui serait, mais là je me contente de répéter ce que disent les experts, personnel et bien identifiable. Scream Bloody Gore est leur premier album et si j’en crois Wikipédia le premier véritable album de Death Metal, même si je trouve que ça ressemble encore beaucoup à du thrash avec une voix plus bourrine. Malheureusement, le but de cet exercice est de donner mon avis personnel sur les disques qu’on me fait écouter, alors je vais bien être obligé d’en dire un peu de mal. Je ne suis pas du tout amateur de metal extrême, et j’ai même tendance à penser qu’il s’agit de la face d’une médaille de rébellion adolescente de l’autre côté de laquelle se trouve le sk8 punk. D’un côté des ados cools qui assument d’être débilos et graveleux, de l’autre les asociaux mal dans leur peau qui cherchent à faire peur en répétant à qui veut l’entendre que la vie c’est trop de la merde. Du coup, je respecte le rôle historique de Death et leur album, mais je ne peux m’empêcher d’avoir l’impression d’entendre le même morceau pendant les 37 minutes et quelques du disque, de m’ennuyer face à la démarche musicale (vite, fort et technique, ça va 5 minutes), et de pouffer devant l’imagerie ultra-clichée des titres et de la pochette (“Baptized In Blood”, “Regurgitated Guts”, “Zombie Ritual”, “Infernal Death” ou le simple et efficace “Evil Dead”). Il y a peut-être une période de ma vie où j’aurais trouver ça classe, autant de provocation morbide, encore que j’ai toujours aimé les structures simples et les bonnes mélodies, mais là j’ai la désagréable impression d’avoir passé l’âge. Je vous mets n’importe quel morceau en écoute, c’est toujours la même chose....

Lire la suite

Weezer – The Teal Album

Weezer – The Teal Album

(Crush Music/Atlantic, 24 janvier 2019) Les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures, et Weezer s’est mis en tête de nous le démontrer. Après un album blanc qui pouvait redonner espoir et un Pacific Daydream assez mitigé qui contrariait fortement les espoirs en question, le groupe s’est fait happer par les pires côtés improbables d’internet. On pourrait se contenter de cette phrase : Weezer a repris “Africa”. Mais ce serait passer à côté du plus important : cette reprise, partie d’une petite blagounette sans intérêt, est le fruit d’une vague qui a déferlé de twitter et submergé les différents réseaux sociaux jusqu’à pousser le groupe à s’exécuter, mais surtout à mettre en avant ce fait comme un évènement. Le tout aurait pu s’arrêter à un clip avec Weird Al parodiant celui de Toto, mais non. Car non content d’avoir fait une reprise presque copiée-collée d’un morceau dont personne ne voudrait entendre une reprise, Weezer a décidé de faire un album complet sur le même principe. Ainsi s’enchainent les tubes 80s dégueulasses et kitschissimes (“Africa” de Toto donc, “Sweet Dreams” d’Eurythmics, “Take On Me” de A-Ha), et les poncifs du groupe de musique générique qui ne sait pas trop ce qu’il veut jouer (“Paranoid” de Sabbath, “Billie Jean” de Michael Jackson, “Stand By Me” de Ben E. King). Les versions dont la modification va au-delà d’une guitare un peu plus distordue se comptent sur les doigts de la main d’un estropié (“Happy Together” des Turtles, “Stand By Me” et “No Scrubs” de TLC, qui reste néanmoins très pop pute) et on se fait vite un avis sur les autres : les bons morceaux restent bons, mais on préférera toujours écouter les originaux, les mauvais morceaux restent nuls à chier et on n’a déjà pas envie d’écouter les originaux… Un clip supplémentaire parodiant celui d’A-ha est sorti, et l’album complet, avec pochette pastiche, est sorti sous le nom de Weezer, l’album bleu canard.  Voilà à quel point le groupe de Rivers Cuomo ne se prend pas au sérieux. Et sur le principe, c’est super. Sauf que le disque est une purge qui sortira en physique pour le record store day et bénéficie d’une visibilité énorme pour ce que c’est. La preuve, on en parle même sur ce webzine tenu par un weezerophobe… On aimerait bien que des artistes qui ont des choses intéressantes à faire et partager aient les mêmes moyens. J’espère que tous les bénéfices qu’engendrera cette blague seront reversés à des artistes qui galèrent....

Lire la suite