Atoms For Peace – AMOK (XL/Beggars)

Publié par le 12 février 2013 dans Chroniques | 0 commentaire

Atoms_AMOK_Cover_300dpi_261012Sur la feuille de match, Atoms For Peace aligne une compo qui pourrait faire pâlir d’envie les qataris et leur chéquier illimité. Une assise solide assurée par le batteur Joey Waronker (ancien de REM, Beck, Mc Cartney, Johnny Cash…) et le percussionniste Mauro Refosco ; un offensif à la technique sûre pour animer le jeu avec son style bien funky : Flea, le génial bassiste des Red Hot Chili Peppers ; et un tueur devant en la personne de Thom Yorke (est-il besoin de le présenter ?).

Ses trois acolytes n’ont pas été choisi par hasard puisque ce sont eux qui avaient eu l’occasion de tourner avec Thom Yorke pour défendre son premier, et unique album solo, The Eraser. L’équipe est coachée par Nigel Godrich, producteur de longue date de Radiohead, chargé de créer une alchimie parmi tout ce beau monde.

Pas dégueu donc sur le papier, encore faut-il que les intentions affichées se confirment avec cette première galette, AMOK. Le premier titre dissipe d’emblée les doutes. « Before Your Very Eyes… » ouvre idéalement cet opus. La rythmique très travaillée, proche de l’afro-beat, séduit immédiatement, les sonorités électroniques et la basse de Flea complètent remarquablement le tableau et Thom Yorke… reste Thom Yorke. Il ne lui faut donc pas longtemps pour nous captiver et nous embarquer dans son univers. Un gros travail a été fait sur les arrangements mais ça on s’en doutait connaissant la méticulosité dans le travail de Thom Yorke et son fidèle compère Godrich.

La mise en bouche est donc des plus appétissantes et on se languit donc d’entendre la suite. Et l’ensemble est vraiment de très haute tenue. Certains titres font irrémédiablement penser à Radiohead. Au grand Radiohead ; celui qui parvient sans peine à nous plonger dans une douce euphorie (« Default », « Judge, Jury And Executionner »).

Le groupe ne lésine pas sur les bruitages électro et autres synthétiseurs mais sans jamais nous noyer dans un bric-à-brac farfelu. La cohérence est toujours de mise et chacun parvient à tirer son épingle du jeu et apporter sa pierre à l’édifice. Flea, par exemple, forte personnalité s’il en est et doté d’un jeu très caractéristique aisément identifiable au sein des Red Hot, montre ici une grande polyvalence et se met au service du collectif sans vouloir tirer la couverture à soi, se contentant parfois de se fondre dans l’ambiance (en témoigne la ligne de basse presque « dubbesque » de « Reverse Running »). Quitte à se faire discret pour mieux placer une accélération foudroyante et faire la différence sur l’envoûtante « Dropped ».

L’inimitable Thom Yorke et son timbre si particulier n’a rien perdu de son pouvoir de fascination et quand il nous prend dans les mailles de son filet, impossible de s’en défaire comme sur la somptueuse « Stuck Together Pieces » où son « you don’t get away » répété à l’envi s’empare de notre esprit et n’a pas fini de résonner dans nos têtes. Les chœurs fantômatiques prodigués par Nigel Godrich (également à l’oeuvre à la guitare et aux claviers) renforcent ce sentiment quasi hypnotique.

L’album a été enregistré en trois jours à Los Angeles. Composé de seulement neuf titres, il est toutefois très dense. Thom Yorke avait confié avoir beaucoup écouté Fela Kuti au moment de l’enregistrement. Cette influence se ressent nettement dans la rythmique frénétique qui anime cet album. Associé à des sonorités électro très complexes, il se révèle d’une grande richesse. Un disque qui ne demande qu’à se bonifier au fil des écoutes, révélant peu à peu toutes ses subtilités.

 

JL

 

Écoutez « Stuck Together Pieces »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :